Bourse: prises de bénéfices, décrochage généralisé

Régulations

Les investisseurs doutent. Ils prennent leurs bénéfices. Toutes les places boursières décrochent

Cette deuxième semaine de juin a démarré sur des doutes. Selon les investisseurs, les indicateurs économiques tardent à confirmer la sortie de crise. A Wall Street, l’indice “Empire State”, mesurant l’évolution de l’activité manufacturière de New York, n’a pas convaincu.

La hausse des taux d’intérêt ne satisfait pas les investisseurs, pas plus que la persistance de la crise du crédit. Les entreprises ne perçoivent pas suffisamment la reprise de la demande.

Conséquence, on constate une reprise de la spéculation, sur le dollar qui s’est raffermi face à l’euro (spéculation sur le fait que l’Europe redémarrerait moins vite que les Etats-Unis..), Le dollar a donc progressé contre l’euro, s’échangeant autour de 1,3791 pour un euro.

Spéculation également sur l’or, et défiance contres certaines matières premières, à commencer par le pétrole et les métaux.

Les investisseurs se dispersent et décrédibilisent, pour combien de temps?, les places boursières.

Après trois mois de remontée des cours, c’est à nouveau un palier de prises de bénéfices pour les grands investisseurs.

Conséquence, à New York, le Dow Jones dégringole de 187 points, soit -2,1% à 8.612,13 points.

Le Nasdaq (valeurs technologiques) recule dans les mêmes proportions, cédant 42 points soitn -2,3%, à 1.816,38 points.

Les valeurs technologiques en subissent directement les effets. L’indice des semi-conducteurs perd -1,56%. Intel est à -2% à 15,98 dollars, Qualcomm a cédé 3,78% à 44,31 dollars. Des valeurs stables, comme Oracle, perdent -3%.

En Europe, toutes les places boursières ont fortement décroché.

Ce sont principalement les valeurs bancaires qui ont été vendues, suite à une mise en garde de la Banque centrale européenne (BCE) sur le risque de nouvelles dépréciations pour les banques de la zone euro: jusqu’à 283 milliards d’euros de dépréciations supplémentaires d’ici 2010.

Les indices chutent: l’Eurofirst 300 perd -2,44%, l’Eurostoxx 50 est à -3,10%,

le Dax 30 à -3,54%, le FTSE à -2,61%.

A Paris, le CAC 40 a perdu 106 points, soit un recul de -3,2% à 3219,58 points dans un volume d’échanges modeste de 2,92 milliards d’euros.

Total a tiré l’indice vers le bas, de même que les valeurs de l’automobile ( Renault et Peugeot à -5,4%, Michelin à -5%).

Dans ce contexte, STMicroelectronics décroche très fortement, à -6,4%,

L’italien Finmeccanica a annoncé vouloir céder sa part de 3,2% dans le capital du fabricant européen de semi-conducteurs.

Le fabricant de câbles Nexans est également lâché, perdant -7,28% à 39,51 euros), après avoir annoncé une émission d’Océanes 2016 pour environ 190 millions d’euros.

Toutes les valeurs du CAC40 sont à la baisse.

__

A Paris, évolution des cours (titres “technologiques”, c= CAC 40), ce 15 juin 2009, en valeur, et évolution par rapport au 12 juin (en pourcentage). 17(c) . en baisse:

ALTEN : 12.325(c) -6.63%

STMICROELECTRONICS : 5.470(c) -6.34%

SOPRA GROUP : 29.000(c) -6.15%

ALTRAN TECHNOLOGIES : 2.159(c) -5.72%

INGENICO : 13.750(c) -4.71%

GROUPE STERIA : 13.080(c) -4.49%

ALCATEL-LUCENT : 1.917(c) -4.48%

GFI : 2.96(c) -3.58%

ATOS ORIGIN : 24.120(c) -3.27%

CAP GEMINI : 25.310(c) -2.65%

SOITEC SILICON : 4.760(c) -2.16%

GEMALTO : 23.59(c) -2.03%

FRANCE TELECOM : 15.860(c) -1.40%

DASSAULT SYSTEMES : 33.010(c) -0.42%

ILIAD ( FREE ) : 73.125(c) -0.17%

___

Sources: AP, AFP, Reuters, Cercle Finance, Boursorama, Agence de Presse Magazine/Silicon.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur