Bourse : repos pour les technos

Cloud

Les marchés boursiers ont terminé une semaine globalement positive sur une note tout juste? positive. La nouvelle flambée du pétrole laisse craindre le pire pour la semaine prochaine

Quatrième séance consécutive à la hausse pour la

Bourse de Paris, et première semaine positive après cinq semaines à la baisse. Le CAC40 a terminé ce vendredi 30 juillet sur un gain symbolique de 0,09% à 3.647,10 points. Sur la semaine, l’indice affiche une progression de 2,2%. La nouvelle flambée du pétrole s’est ajoutée à la décevante croissance du PIB pour peser sur les places boursières américaines. La Bourse de New York a cependant réussi à terminer la semaine sur une note positive. Le Dow Jones a gagné 0,10% à 10.139,71 points et le Nasdaq 0,33% à 1.887,36 points. Le produit intérieur brut américain ralentit sa progression avec selon le département du commerce une progression de 3% au deuxième trimestre, contre 4,5% corrigé au premier trimestre. C’est moins qu’attendu ! La mauvaise nouvelle du PIB a cependant été compensée par l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan, qui progresse de 96 à 96,7, et l’indice des directeurs des achats de la réserve fédérale de Chicago en hausse à 64,7%. Le baril de brut léger de pétrole a atteint un nouveau sommet en cours de séance au Nymex, à 43,85 dollar. Le dollar se maintient à la limite des 1,20 à 1,2019 dollar pour 1 euro. Les valeurs technologiques ont repris leur souffle ce vendredi, après une actualité plutôt positive durant route la semaine. L’éditeur de jeux vidéo Infogrames n’en peut plus de décevoir. Le titre a plongé de 8,29% sur des résultats en retrait (lire notre article) alors que l’éditeur n’a pas encore donné signe de la richesse du renouvellement de son catalogue, dont les résultats ne devraient se faire ressentir que dans le trimestre en cours, tout au mieux. UBI Soft, dont les résultats sont pourtant nettement plus encourageants, subit la pression de son concurrent et chute de 1,44%. Malgré ses résultats en nette amélioration et sans doute sur le maintien de ses perspectives, Alcatel plonge de 3,06%. Moody’s a rétrogradé la note du géant américain des télécoms AT&T au rang des ‘junk bonds‘, les valeurs spéculatives, sanctionnant les incertitudes qui demeurent sur l’avenir du groupe. Sans effet particulier sur le marché ni sur le titre, la décision était attendue.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur