‘Cabir’ ou l’histoire du business mobile

Régulations

Aujourd’hui, les antivirus sont entrés dans toutes les entreprises informatisées du monde. Le lobbying des éditeurs a bien fonctionné mais il tend cependant à s’essouffler, le marché sature. Les éditeurs doivent désormais trouver de nouveaux leviers. A peine quelques jours après le salon 3GSM, le phénomène Cabir est né

Il aurait pu passer inaperçu ce petit bout de code qui s’apparente (si on le veut bien, de loin et dans le noir) à un virus. Il n’aurait été qu’une référence anonyme de plus dans une base de données qui regroupe déjà plusieurs centaines de milliers de ses congénères. Que nénni !

Cabir est devenu, malgré lui et malgré ses géniteurs (le groupe 29A), l’emblème de la nouvelle cause vendeuse des éditeurs de solutions antivirus. En ce début d’année 2005, une nouvelle menace est virtuellement née. Le temps de votre téléphone mobile est désormais compté. Les virus pour GSM arrivent, ce sont les experts qui le disent… Si tout le monde n’est pas équipé en informatique, il y a sur cette terre plus de téléphones mobiles que d’ordinateurs. Là est le coup de génie des mêmes experts. Avec plus de 15 millions de téléphones portables en Europe, le marché ainsi créé est tout simplement immense et surtout vierge. Quelques jours à peine après la fin du salon 3GSM WORLD CONGRESS de Cannes, la grand-messe mondiale du mobile, dictée par les éditeurs, la presse se fait l’écho des avancées de Cabir dans le monde. Il y a huit mois il était aux Philippines, aujourd’hui il a infecté deux téléphones aux États-Unis… Un beau plan marketing bien rôdé… Pour voter pour Cabir tapez sur 1, pour Bagle tapez sur 2 et pour MyDoom tapez sur 3. (*) pour Vulnerabilite.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur