Canal Plus lance son service de Vidéo à la demande

Régulations

Mais la pertinence du modèle reste toujours à prouver

Après TF1, Canal Plus se (re)lance également dans le très prometteur marché de la VOD (Vidéo à la demande) sur Internet. Car la cible devient enfin importante: avec 8 millions d’abonnés haut débit en France, la VOD peut devenir viable.

Le service, baptisé CanalPlay.com a été développé par un pionner du genre, MovieSystem, entreprise rachetée par Canal Plus en mai dernier. Il devrait être officiellement lancé début octobre. On ne sait pas encore quel sera le nombre de films disponibles dans le catalogue, mais on sait déjà qu’ils seront facturés entre 3 et 4,99 euros l’unité. Les films pour adultes sont quant à eux proposés à 6,99 euros. CanalPlay est par ailleurs doté de son propre lecteur vidéo, le CanalPlayer, un dérivé de l’incontournable Windows Media Player, DRM oblige. Une fois téléchargé, le film peut être visionner pendant 30 jours. Mais Canal Plus précise qu’une fois lu une première fois, le client ne dispose plus que de 24 heures pour revoir le film une seconde fois. Ces protections sont fournies par Janus, le système de DRM de Microsoft déjà disponible avec Media Player 10. Le produit permettra-t-il de faire décoller la VOD en France ? Rien n’est moins sûr. Divers paramètres entrent en jeu: la qualité du catalogue et les prix. Sont-ils assez attractifs pour détourner les adeptes du P2P aux sources inépuisables ? Surtout, la VOD doit absolument proposer autre chose que des films. Aux Etats-Unis, où le service décolle, les opérateurs ont compris que la diversification était indispensable avec par exemple des séries TV ou des téléfilms. Enfin, demeure la question sensible de la chronologie de diffusion des nouveaux films. Entre sortie en salle, en DVD, à la location: où placer la VOD ? Les acteurs français du secteur ont négocié un accord. Et il n’est pas à l’avantage du Net. En effet, le texte prévoit “qu’aucune oeuvre cinématographique ne pourra faire l’objet d’une mise à disposition sur un service de VOD à l’acte avant l’expiration d’un délai de neuf mois”. Une déception pour les cinéphiles accrocs du Net. Un film ne pourra être diffusé en ligne que 3 mois après sa sortie en DVD! Avec une telle mesure, le piratage ne sera pas jugulé. Au contraire. Evidemment, les acteurs sont eux satisfaits d’un tel accord. La filière souligne que le texte protège le cinéma et son principal argentier, la télévision.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur