Cartes à puces : les sociétés françaises font un bond

Cloud

Les fabricants français de cartes à puces ont réalisé une très bonne année 2004. Notamment, en profitant du fort rebond des ventes de cartes de téléphonie mobile au quatrième trimestre

Après la hausse annoncée de 8,8 % des ventes d’Oberthur Card Systems, et celle impressionnante de 30 % d’Axalto, c’est au tour de Gemplus International d’annoncer une progression, certes plus modeste, de 4,3 % de ses ventes au quatrième trimestre à 242,5 millions d’euros. Cette moindre performance s’explique selon Frans Spaargaren

« par l’abandon d’un grand contrat au Moyen-Orient. » Gemplus, a annoncé un bénéfice d’exploitation avant coûts de restructuration et écarts d’acquisitions de 41 ,9 millions d’euros pour l’ensemble de 2004 contre une perte de 39,5 millions un an auparavant. La société est sortie du rouge avec un bénéfice net de 4,7 millions d’euros, contre une perte de 161,1 millions en 2003. Le chiffre d’affaires de Gemplus a profité de la forte reprise des ventes de cartes pour les téléphones portables. Ce chiffre a en effet progressé de 33,7% chez Gemplus (à taux de change constant). Les expéditions ont totalisé 255,5 millions d’unités. Ce bond était prévisible, déjà en janvier Axalto avait annoncé avoir vendu 84,1 millions de cartes SIM, au seul trimestre 2004, pour un chiffre d’affaires en hausse de 25 % à 171,7 millions de dollars. Un record jamais atteint par le groupe. Cette tendance favorable, constatée en fin d’année 2004, devrait se poursuivre pour cette année 2005. Olivier Piou, directeur général d’Axalto, table sur une croissance de 10% des ventes de son groupe. D’ailleurs, le secteur de la téléphonie mobile devrait continuer à doper l’activité d’Axalto.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur