Corée du Sud : Microsoft est condamné

Régulations

La Corée du Sud considère que Microsoft est coupable d’abus de position dominante et condamne l’éditeur à verser une amende de 33 millions de wons… et à retirer des modules logiciels de Windows XP

La commission de la concurrence de la Corée du Sud (

Korea Fair Trade Commission – KFTC) a tranché : comme en Europe, la présence de certains outils de communication ou multimédia dans Windows XP est considérée comme un abus de position dominante et une violation des règles du commerce. La Corée du Sud n’a donc pas pris en compte le règlement à l’amiable du conflit qui opposait l’éditeur au portail Internet sud-coréen Daum Communications Corp. sur l’intégration de la messagerie instantanée Messenger dans Windows XP. Une affaire qui s’est soldée, comme à son habitude, à coup de millions de dollars, 30 millions dans ce cas précis versés par Microsoft. Mais l’autorité de régulation a différentié l’affaire Daum Communications de certaines pratiques de Microsoft, qui se voit contraint de verser une amende supplémentaire de 32 millions de dollars. “Les services Media Server, Media Player et Internet Messenger de Windows entravent la concurrence et aboutissent à établir un monopole sur le marché, ainsi qu’à placer les barrières à l’entrée pour les concepteurs de serveurs PC et de systèmes d’exploitation, aux dépens des consommateurs“, a déclaré le président de la FTC. Comme en Europe, la Corée du Sud ne se contentera pas d’une simple amende, dont on sait que le règlement ne fera qu’écorner la trésorerie de l’éditeur. Microsoft a aussi été condamné à retirer son service de messagerie de Windows XP, ainsi que le lecteur multimédia Media Player. Et toujours comme en Europe, Microsoft a été prié d’ouvrir Windows aux autres développeurs afin qu’ils puissent lier leurs produits au système d’exploitation. Comment l’éditeur va-t-il réagir ? Fin octobre, Microsoft a déclaré dans un document remis à la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de Wall Street, qu’il envisageait de retirer Windows du marché coréen, ou qu’il pourrait retarder l’introduction de nouvelles versions. Dans un premier temps, Microsoft a fait part de sa déception quant à la décision de la commission de la concurrence de la Corée du Sud et a annoncé qu’il fera appel. Washington mécontent

Le ministère de la Justice américain a estimé ce mercredi que les sanctions imposées en Corée du sud contre Microsoft allaient au-delà de ce qui était nécessaire.

“La division antitrust (du ministère de la Justice) estime que les mesures décidées par la Corée du sud vont au-delà de ce qui est nécessaire ou approprié pour protéger les consommateurs car elles demandent le retrait de produits qui pourraient avoir les préférences des consommateurs”, a affirmé Bruce McDonald, un responsable du ministère de la Justice, dans un communiqué.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur