Coronavirus : le gouvernement français s’attaque aux fake news

ProjetsSecteur Public
coronavirus-fake-news

Dans le cadre de la mobilisation contre le coronavirus, le gouvernement a réuni, ce 28 février, réseaux sociaux et moteurs de recherche.

[Article mis à jour le 28 février 2020 à 16 h 20]

Comment assurer, dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, la diffusion d’informations justes, vérifiées et transparentes ?

C’est l’objet d’une réunion que le gouvernement a convoquée ce 28 février 2020. Il y a convié des représentants des réseaux sociaux et des moteurs de recherche.

Au sortir de la réunion, Cédric O, le secrétaire d’État au numérique, met l’accent sur trois points :

  • La nécessité, pour les réseaux sociaux, d’aider à détecter les rumeurs
  • La capacité à diffuser l’information vérifiée dès qu’elle est disponible, en réponse aux rumeurs ou de manière proactive
  • Un renforcement de l’interdiction, sur les réseaux sociaux, des publicités pour des remèdes miracles

Parmi les entreprises concernées, Facebook a déjà annoncé une série de mesures, le 30 janvier dernier :

  • Affichage d’un message d’information assorti d’un lien vers la page « Info coronavirus » sur gouvernement.fr
    Ce message apparaît dans le fil d’actualité des utilisateurs de Facebook en France. Ainsi qu’en cas de recherche – sur Facebook ou Instagram – portant sur le coronavirus.
  • Interdiction des publicités qui font référence au coronavirus de manière à créer une panique ou qui laissent entendre que les produits concernés constituent un remède ou empêchent les contaminations.
  • Retrait des contenus « nuisibles ». En particulier ceux qui visent à décourager le traitement ou la prise de précautions appropriées.
  • Limitation de la diffusion d’une informationsi celel-ci se révèle fausse ou partiellement fausse au radar des fact-checkers.

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT