Le datacenter green n’est rien d’autre qu’une affaire de réduction des coûts

CloudDatacenters
datacenter green

Une étude de l’Uptime Institute vient confirmer que si les acteurs du datacenter sont des « moteurs de l’innovation », la réduction des coûts reste leur principale motivation pour améliorer l’efficacité énergétique.

Ayant analysé au cours du premier semestre 2012 les orientations prises par 1100 fabricants et opérateurs de datacenters dans le monde, l’Uptime Institute, une division du 451 Group, a révélé que les mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique avaient moins pour but de venir au secours de la planète que de réduire les coûts opérationnels…

Quelle distorsion entre le discours des acteurs du datacenter sur l’efficacité énergétique de leurs équipements – confirmé par moult engagements visant à nous démontrer leur fibre écologique, par l’optimisation des infrastructures, le recours au « free cooling » ou encore en privilégiant l’usage d’énergies renouvelables – et la réalité économique qui finalement entraîne que cette optimisation ne vise qu’à réduire les coûts !

L’innovation dans le refroidissement

L’étude de l’Uptime Institute va même jusqu’à placer « l’innovation dans le refroidissement », avec le free cooling (refroidissement par l’air extérieur), le dynamic cooling (refroidissement à vitesse variable) et le liquid cooling (refroidissement par un liquide), à la seconde place des tendances révélées par l’enquête.

Puisque la fibre écologique des entreprises interrogées n’a pas séduit les enquêteurs, quelles sont donc les motivations qui guident les acteurs américains, européens et asiatiques du datacenter à poursuivre leurs efforts dans le sens de l’efficacité énergétique ? Pour 86 % d’entre eux, c’est la perspective de réaliser des « économies financières ». Suit loin derrière (47 %) le besoin de libérer de la capacité. Puis plus loin encore (17 %) la conformité et les régulations. Et enfin à 8 % leur désir de suivre les pratiques de l’industrie.

La force de l’opinion

Il existe pourtant une motivation forte pour afficher une attitude « green », pour qu’un Google annonce la construction du datacenter le plus green, qu’Apple affiche ses datacenters en énergie 100 % renouvelable, que Microsoft s’offusque d’un article du New York Times choqué par les centaines d’heures de fonctionnement du générateur diesel sur son site proche de Washington, qu’Amazon ne s’étende pas sur le sujet, etc. : l’opinion et les médias.

La conclusion de l’étude menée par l’Uptime Institute est que l’innovation par l’efficacité énergétique des datacenters a principalement pour but de réduire les coûts. Nous y ajouterons une seconde conclusion, que le discours écologique n’est qu’une façade destinée à satisfaire l’opinion, quand il n’est pas guidé par une obligation légale. Au final, l’enquête vient signer la fin du Green IT et de l’attitude écolo-responsable des DSI ! Car entre temps la crise est passée par là…

Crédit photo © Beboy – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur