Eric Licoys, ex- d-g de Vivendi Universal, est mis en examen

Régulations

L’adjoint direct de Jean-Marie Messier à l’époque troublée de Vivendi Universal a été mis en examen par le Parquet de Paris. Motif: “abus de biens sociaux et recel” pour avoir signé le parachute en or de son ex p-dg

L’enquête sur les malversations financières présumées de Vivendi Universal rebondit avec la mise en examen d’Eric Licoys, ancien directeur général de VU.

Que lui reproche le juge d’instruction Henri Pons ? D’être le signataire du ‘terminal agreement‘ de Jean-Marie Messier, une convention de départ sous la forme d’une modeste prime de 20,5 millions d’euros, communément surnommé un ‘parachute en or‘, négocié contre la démission du président du groupe. A l’époque – nous sommes en juin 2002 ? la presse avait largement relaté les conditions de négociation de cet accord ultime, qui visait à solder la démission de Jean-Marie Messier. Cette négociation était prêtée à deux négociateurs, membres du conseil d’administration, Marc Viennot et Henri Lachmann; cet accord devait être ensuite avalisé par l’ensemble des administrateurs. Il n’en a rien été, la convention avait été signée par Eric Licoys, mais son conseil d’administration ne l’a pas suivi? Depuis lors, Jean-Marie Messier a renoncé au ‘parachute’ le 23 décembre 2003 – “Ce sacrifice, je le fais parce qu’il est au profit des actionnaires français” ? obtenu à l’issue d’une procédure arbitrale confidentielle engagée par le successeur de J2M, Jean-René Fourtou.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur