HD DVD : la note est salée pour Toshiba

Cloud

La défaite de son format pourrait lui coûter plus de 600 millions d’euros

C’est l’heure des comptes pour Toshiba. Presque un mois après avoir officiellement annoncé l’abandon de son format HD DVD et reconnu la victoire du Blu-ray (Sony), le géant japonais évalue les pertes financières. Et selon la presse nippone, elles sont lourdes.

Toshiba pourrait passer une perte de 100 milliards de yens, soit 630 millions d’euros pour l’exercice en cours, suite à cette aventure. Au départ, le groupe pensait que cette perte serait inférieure de moitié. Mais la note est alourdie par diverses dépréciations d’actifs et par des frais de ‘reddition’ plus élevés que prévu.

“C’est une information que nous n’avons pas annoncée, nous ne la commentons donc pas”, a réagi une porte-parole de Toshiba.

Le conglomérat avait indiqué le 29 janvier, avant d’avoir jeter l’éponge, qu’il tablait sur un bénéfice net consolidé annuel de 180 milliards de yens (+31,0% sur un an) et s’attendait à un gain d’exploitation de 290 milliards (+12,2%), sur un chiffre d’affaires de 7.800 milliards (+9,6%). Mais d’après le Nikkei, le groupe pourra difficilement échapper à une révision à la baisse de ses prévisions de profits.

Le HD DVD restera longtemps comme une lourde défaite pour Toshiba. Dès le départ, Toshiba et Sony n’ont pas réussi à s’entendre pour créer un format commun, condition sine qua non à la réussite. Les deux géants ont voulu laisser le marché trancher. Il a donc tranché en faveur de Sony.

Car si le HD DVD disposait de solides atouts, notamment au niveau des tarifs des platines bien moins chères que les modèles concurrents, il a subi dernièrement une série de revers qui ont précipité sa chute. Ce sont les studios et les catalogues de films qui ont fait la décision.Tout a basculé en janvier lorsque la Warner Bros, un des plus importants studios d’Hollywood annonçait son intention de défendre exclusivement le Blu-ray, constatant les ventes moyennes du format concurrent.

En février, le coup fatal est porté par les distributeurs. Coup sur coup, le premier loueur américain de DVD et de cassettes vidéo Netflix, la chaîne de magasins BestBuy et surtout le géant Wal-Mart font acte d’allégeance au Blu-ray de Sony.

Las, Toshiba doit admettre sa défaite. “La technologie HD-DVD avait initialement été approuvée par les quelque 200 sociétés du groupement d’industriels DVD Forum”, explique Astutoshi Nishida, pd-g de Toshiba“mais des changements récents sur le marché nous ont conduits à ce renoncement”, a-t-il reconnu.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur