Hertz Europe choisit BT et HP pour 5 ans

Cloud

Le loueur de véhicules a fait son choix: pour ses services informatiques et réseaux, il a retenu le couple BT + HP. Le contrat porte sur 5 ans

L’union fait la force… On se souvient qu’en mai 2004 BT (British Telecom) et HP (Hewlett Packard) annonçaient un accord stratégique où les deux géants associaient leur expertise pour offrir des services convergents entre informatiques et télécommunications.

Le modèle semble payer. Le contrat -dont le montant n’est pas communiqué- prévoit notamment la mise en oeuvre d’un réseau privé virtuel (ou VPN) sous IP, avec protocole MPLS (prioritisation des flux); ce réseau reliera, en DSL, les 1.100 agences de Hertz en Europe au siège (Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et aux Pays-Bas). En outre, BT et HP assureront “le support de plus de 5 000 ordinateurs, 3 000 imprimantes et 148 serveurs, ainsi que les communications vocales entre ces sites et le siège central et vers l’extérieur“. BT et HP géreront conjointement les services vocaux vers le centre de réservation central de Hertz. Ils fourniront un système d'”e-procurement” à gestion centralisée. Les deux fournisseurs associés fourniront un service réseau et informatique commun et standardisé, ainsi qu’un reporting et des niveaux de services homogènes. Commentaire de Francesco Serafini, directeur général de la région EMEA et président du Technology Solutions Group d’HP: “Face à la convergence de l’informatique et des télécoms, les clients sont de plus en plus demandeurs d’un contrat unique couvrant l’ensemble de leurs besoins informatiques et télécoms. En prenant la décision de travailler avec BT et HP, Hertz illustre cette évolution. Nos deux sociétés montrent la voie dans la création d’alliances stratégiques capables de répondre aux besoins des entreprises.». Le grand projet ’21 CN’ selon BT

Il y a un peu plus d’un an BT annonçait la mise en oeuvre d’un vaste plan de modernisation de son réseau baptisé “21st Century Network” ou “21 CN”. Dans le cadre d’un programme quinquennal de modernisation, le groupe entend faire migrer son réseau téléphonique traditionnel national vers une ”

infrastructure multiservice basée sur le protocole IP (Internet protocol)” totalement intégré. Il s’agit de créer un réseau unique multiservices permettant de lancer plus rapidement de nouvelles offres commerciales, comme des services supportant les nouveaux terminaux téléphoniques fonctionnant à la fois sur les réseaux fixes et mobiles. L’opérateur fera converger les services voix et données sur un seul réseau IP/MPLS (Multiprotocol label switching). Convergence, intégration et migration vers le ‘tout IP’ sont les maîtres mots de ce chantier hors normes et sans précédent dont le coût est évalué à 10 milliards de livres sterling. Un an après cette annonce, différents équipementiers ont été sélectionnés (dont Alcatel) et BT a profité d’une conférence de presse à Paris pour en dire plus sur l’avancée des travaux. “Les choses avancent bien”, a ainsi déclaré Matthew Bross, CTO de BT Group. 350.000 utilisateurs, la majorité en Ecosse, profitent déjà des nouvelles infrastructures mises en place donnant accès aux ‘Global services customers’. Techniquement, l’opérateur est en train de remplacer tous les anciens réseaux PSTN (Public switch telephone network) par des infrastructures IP. La migration a débuté en 2004, elle devrait encore se poursuivre pendant deux ou trois ans. “En deux ans, l’objectif est de doubler le réseau MPLS (Multi switch avec prioritisation des flux)”, souligne Matthew Ross. Déjà, BT annonce la disponibilité de certains services convergents dont le fameux téléphone fixe/mobile baptisé BT Fusion. Lancé en juin dernier, il permet de téléphoner aussi bien sur le réseau fixe que sur le réseau mobile. Selon le groupe, l’accueil est très favorable avec plusieurs millers de pré-commandes. Avec ce réseau convergent et intégré, BT espère anticiper la révolution IP qui frappera à terme les opérateurs classiques et réaliser de très importantes économies d’échelle. O.C.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur