HP France : épisodes d’un épineux dossier

Régulations

Dans une logique folle de course au profit, le choix stratégique d’HP a provoqué une vive émotion et une forte mobilisation des salariés, des syndicats et des politiques en France. Un scénario presque écrit pour le réalisateur anglais Ken Loach

C’est un coup dur pour l’image de marque du groupe. Il faut dire que la suppression de 1.240 postes dans l’Hexagone, et de 5.969 postes en Europe n’est justifiée que par la problématique du positionnement du groupe par rapport à la concurrence. Rappelons que les ventes du constructeur ont progressé : +10% , par rapport à 2004, soit 20,8 milliards de dollars Tout commence par l’annonce officielle du plan social au niveau mondial: 14.500 postes supprimés dans le monde. L’annonce fait l’effet d’ue bombe. D’autant plus que quelques semaines plus tard, le groupe annonce des résultats plus que positifs… Officiel: HP supprime 14.500 emplois (mardi 19 juillet 2005) HP rassure et stimule le marché informatique (mercredi 17 août 2005) Quel sombre avenir sera réservé à la France, au départ les déclarations se veulent rassurantes. Plan social: HP ne supprimera pas de sites en France (vendredi 26 août 2005) Mais l’inquiétude se fait grandissante chez les salariés qui réalisent brusquement que l’échéance approche. C’est le début de la mobilisation syndicale. Mobilisation sociale chez HP France à la veille du CE européen (jeudi 8 septembre 2005) Puis, la sanction tombe pour les employés d’HP France. Et le ton monte. Officiel: HP supprime 1.240 emplois en France (vendredi 9 septembre 2005) Les salariés de HP France passent à l’action (mardi 13 septembre 2005) Les cols blancs d’HP France sont descendus dans la rue (Jeudi 16 septembre 2005 ) En réalité c’est l’Union européenne dans son ensemble qui est touchée. Après la France, c’est au tour de l’Angleterre, de l’Allemagne et de la Suisse de se faire grignoter à la sauce HP. 50 à 70 suppressions d’emplois chez HP Suisse (mercredi 14 septembre 2005) Pendant ce temps, HP poursuit ses acquisitions. Où est la logique si ce n’est dans la course à la rentabilité? HP acquiert AppIQ et Peregrine, éditeur de gestion du patrimoine S.I. (Lundi 19 septembre 2005 ) L’affaire remonte maintenant aux oreilles du président de la République. Jacques Chirac demande à son gouvernement de saisir la Commission européenne afin de faire toute la lumière sur les suppressions de postes chez le mastodonte californien. HP en France : Chirac demande que Bruxelles soit saisi (mardi 20 septembre 2005) Dossier HP France: l’Europe est saisie – mais que faire? (mercredi 21 septembre 2005) Suite à la forte mobilisation des salariés et des élus de l’Isère et une rencontre entre le ministre de l’emploi Gérard Larcher et le président d’HP Europe, la direction du groupe d’électronique précise que le plan de restructuration se poursuit mais que la France reste un pays “stratégiquement intéressant” pour HP qui souhaite y développer les secteurs des services informatiques aux clients et le développement de logiciel. Emplois HP : la direction Europe accepte de négocier (lundi 26 septembre 2005) Sous la pression du premier ministre Dominique de Villepin des rumeurs circulent sur la possibilité d’une révision à la baisse du plan de restructuration de la part de la direction d’HP. Reste que pour l’instant rien n’est officiel. Les palabres se poursuivent ; HP France: un plan social finalement allégé ? (vendredi 30 septembre 2005 ) C’est la dure réalité du marché. D’un coté HP réduit ses effectifs en Europe mais recrute au Costa Rica. Une ambiguïté stratégique qui si elle mécontente les salariés français et faite pour assurer les actionnaires du groupe : HP recrute? au Costa Rica (dimanche 2 octobre 2005) Et ce ne sont pas les explications tardives du p-d-g d’HP ni les remontrances de Jacques Chirac qui vont apaiser les relations entre le groupe et ses salariés. HP France : le p-dg s’explique (lundi 3 octobre 2005) HP : Chirac tance la Commission européenne(mardi 4 octobre 2005) Tandis que Jacques Chirac et la Commission se livrent à une véritable partie de ping-pong, une amnistie fiscale va permettre aux firmes américaines de rapatrier de leurs filiales étrangères près de 400 milliards de dollars. Un aubaine pour HP qui annonce discrètement qu’elle va assurer le retour d’une partie de ses profits réalisés à l’étranger, soit une somme de 14,5 milliards d’euros. Mercredi 19 octobre, la réunion du comité d’entreprise d’HP France a entériné la dénonciation de l’accord sur les 35 heures. Une solution que les salariés ne comprennent pas. Selon eux, ils travaillent déjà au-delà de ce temps de travail. HP rapatrie en douce un vrai trésor de guerre (mercredi 5 octobre 2005) HP France: les 35 heures bientôt à la trappe (mercredi 19 octobre 2005) Finalement un mois et demi après l’interruption des négociations, la direction française du groupe américain Hewlett Packard, propose aux syndicats de revenir sur son plan de suppression de poste si les employés de la filiale française acceptent de travailler plus HP veut la fin des 35 heures (Vendredi 4 novembre 2005) HP : les syndicats sont divisés sur la fin des 35 heures (Lundi 8 novembre 2005) Mercredi 9 novembre, les syndicats se sont exprimés sur l’allégement du plan social proposé par la direction de Hewlett Packard France. Bilan des courses les délégués CFTC -syndicat majoritaire de HP Europe- ont voté oui, ainsi que la CFE-CGC et FO, mais, du coté de la CGT “le refus de céder est catégorique” et la CFDT est encore septique. HP France: un accord se dessine sur les 35 heures (Jeudi 10 novembre 2005) <a style=”color:#0000FF”;


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur