Intégrateurs: IB Group/MIBS vise la première place en 2007

Régulations

Fort de sa consolidation avec Medasys et de sa capitalisation, l’intégrateur, partenaire de HP, vise la première place en France parmi les intégrateurs à valeur ajoutée

IB Group, qui a atteint ses 22 ans (créé en 1983) veut continuer son expansion, mais sans précipitation: rentabilité oblige! Il se définit comme ”

le premier intégrateur Unix sur le marché français” et comme “prestataire global auprès des grands comptes et des grandes PME“. Fort d’un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros et d’un effectif de 340 collaborateurs, le groupe, installé à Rungis (94), est coté en Bourse (Euronext) depuis juin 2000. Son action cote à 3 euros (contre 22 euros au début 2000). Il détient 25 millions d’euros de capitaux propres. “Nous sommes au carrefour des métiers de l’informatique entre constructeurs, éditeurs, Ssii et sociétés de conseil“, explique Loïc Villers, d-g du groupe. Sa volonté est de devenir le “leader sur le marché des infrastructures informatiques sécurisées“. Son positionnement a évolué: d’un statut de ‘VAR’ (‘value added reseller‘), il est devenu un “intégrateur multispécialiste“. A un horizon de 3 ans, le groupe vise la première place avec un chiffre d’affaires de 300 milions d’euros, dont 200 millions avec MIBS ! Ce 30 août, le groupe a officialisé la création d’une nouvelle filiale (qui s’ajoutent d’autres filiales: IB Italia, IB Maroc, MIB Suisse…): MIBS Infrastructure & Services. D’ici à deux ans, elle se donne comme objectif de “devenir le premier intégrateur à valeur ajoutée sur le marché français“. Cette filiale naît de la fusion d’IB Solution et de Medasys Infrastructure & Services, éditeur du secteur médical acquis en février 2005. La nouvelle entité, dirigée par Jacques Meunier et Frédéric Vaillant, va renforcer les compétences sur trois axes: -serveurs et stockage -sécurité -supervision, administration, infogérance. Les ambitions du groupe visent également à une couverture nationale plus complète, en particulier sur l’Est de la France; des négociations sont en cours à Strasbourg. Ses concurrents, sur le territoire franco-français, s’appellent Ares, SCC-Allium, APX-Synstar, Morse … (à noter qu’IB Group reste ancré en France: si 40% du capital est “flottant” en Bourse, les 60% restants se répartissent entre une filiale du Crédit Agricole, le fonds d’investissement TCR et les fondateurs). Situations paradoxales ou positionnement réaliste…

Sur le terrain, MIBS travaille avec des grands donneurs d’ordre. Mais il lui arrive, paradoxalement, de fournir des solutions HP à… IBM qui, via Global Services, détient l’infogérance de tel ou tel grand compte… IB Group, officiellement, ne s’interdit pas de travailler avec d’autres constructeurs que son partenaire HP, même si en réalité c’est là son ancrage historique (Compaq, Digital compris): la présence d’Eric Lallier, d-c de HP France n’était pas que symbolique mais témoignage d’un relationnel bien établi. MIBS compte pas moins de 150 certifications HP (Unix, Linux, Windows, solutions de stockage, d’impression, etc.).Conséquence, Sun, notamment, n’entre pas dans le catalogue; Bull, en revanche, n’est pas exclu du périmètre d’influence -rapport à un portefeuille de grands comptes dans l’administration, par exemple… IB Group est, par ailleurs partenaire de Cisco Systems, d’EMC, Veritas, Citrix… Distribution oblige.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur