Intel et Google battent le rappel sur les changements climatiques

Régulations

Pour réduire les émissions de chaleur et la consommation d’énergie, les deux
géants invitent le marché à une nouvelle initiative communautaire. Coup de pub
ou engagement réel?

Ils y travaillent depuis un an, et ils viennent de rendre publique leur action. Gordon Graylish, directeur général adjoint EMEA d’Intel, et Erik Teetzel, chef de projet technique chez Google, viennent d’annoncer une nouvelle initiative en faveur de la préservation du climat : Climate Savers Computing Initiative.

L’objectif de leur programme – auquel adhèrent Dell, EDS, EPA, HP, IBM, Lenovo, Microsoft, PG&E, le WWF (World Wildlife Fund) et une douzaine d’autres organisation – vise à réduire les émissions de gaz toxique de 54 millions de tonnes et la facture énergétique de 5,5 milliards de dollars par an.

Pour cela, ils travaillent à augmenter l’efficacité énergétique des processeurs, composants, cartes-mères et systèmes informatiques, ainsi qu’à promouvoir mondialement l’adoption de nouveaux outils de gestion de la puissance et de l’efficacité énergétique.

Intel et Google rappellent que la moitié de l’énergie électrique est convertie en chaleur et que 90 % des ordinateurs de bureau dans le monde ne sont pas optimisés? Ils produiraient 30 % de chaleur en trop.

En 2010, la Climate Savers Computing Initiative va couper en émissions de gaz toxiques l’équivalent de la suppression de 11 millions de voitures et réduire la production d’électricité de l’équivalent de 20 centrales électriques à charbon de 500 mégawatts? une étape significative pour réduire les émissions qui affectent notre planète“, a déclaré Pat Gelsinger, senior vice-président et directeur général de la division Gigital Enterprise Group d’Intel.

Les ordinateurs nous ont aidé à franchir une grande étape vers un monde aujourd’hui plus efficace, en réduisant nos déplacements, en augmentant notre productivité, avec les transactions électroniques, et plus encore. Mais avec les dernières technologies d’efficacité énergétique, nous pouvons faire plus encore. C’est l’engagement des sociétés membres (de notre projet) aujourd’hui avec notre résolution collective, nous avons la ferme intention de créer un énorme impact.”

L’objectif ambitieux est de dépasser les buts du programme Energy Star de l’EPA (US Environmental Protection Agency) avec une réduction de la consommation de l’ordre de 60 %, à l’aide de produits plus efficaces et d’outils pour gérer la consommation. “Ce que nous faisons est clair et concret, et pourra s’étendre à l’ensemble de l’industrie“, affirme Erik Teetzel pour Google.

Le nom Climate Savers Computing Initiative trouve son origine dans une licence du programme World Wildlife Fund Climate Savers du WWF pour la réduction des émissions de carbone, ce dernier se félicitant que pour la première fois il soit appliqué par un pan entier de l’industrie.

La roadmap de programme Le programme sur 4 ans de la Climate Savers Computing Initiative débute par le respect du programme 2007 d’Energy Star pour les ordinateurs de bureau, portable et stations de travail.- De juin 2007 à juin 2008 : respect du programme Energy Star, 80 % d’efficacité énergétique.- De juillet 2008 à juin 2009 : 85 %.- De juillet 2009 à juin 2010 : 88 %.- De juillet 2010 à juin 2011 : 90 %.Idem pour les serveurs de volume 1U/2U.- De juin 2007 à juin 2008 : 85 % d’efficacité énergétique.- De juillet 2008 à juin 2009 : 89 %.- De juillet 2009 à juin 2010 : 92 %.Les premiers membres du Climate Savers Computing Initiative : Intel, Google, Advanced Micro Devices (AMD), Canonical, Center for In formation Technology Research in the Interest of Society, Coldwatt, Dell, Delta Electronics, eBay, Electronic Data Systems Corporation (EDS), EMC, Fujitsu, Hewlett-Packard (HP), Hipro Technology, Hitachi, IBM, LANDesk Software, Lenovo, Linux Foundation, Massachusetts Institute of Technology (MIT), Microsoft, Natural Resource Defense Council (NRDC), NEC, One Laptop per Child (OLPC), PG &E, Power-One, Quanta Computer, Rackable Systems, Red Hat, Starbucks, Sun Microsystems, Supermicro Computer, United States Environmental Protection Agency (EPA), University of Michigan, Unisys, Verdiem Corporation, World Wildlife Fund (WWF), World Resources Institute (WRI) et Yahoo!.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur