Intel : la déception de résultats pourtant conformes aux attentes

Cloud

Si les résultats trimestriels d’Intel s’affichent en hausse, la guerre des
prix qu’il mène contre AMD lui coûte un point de marge?

Le deuxième trimestre aura été marqué pour Intel par le lancement de nouveaux processeurs, mais également par le prolongement de la guerre des prix que le fondeur mène contre son challenger AMD.

Une stratégie sans nuance mais efficace, qui permet à Intel de reprendre du terrain un temps abandonné à AMD, qui dans la foulée peine à reprendre son souffle. Une stratégie qui en revanche coûte cher au géant des semi-conducteurs, plus d’un point de marge brute, à 46,9 %, alors que le groupe visait les 48 %.

Une erreur de parcours pour certains, que Jean-Marc Dubreuil, le président d’Intel France, associe plus particulièrement aux lourds investissements consentis par Intel sur ses nouvelles technologies en 45 nm, ce que pourtant les investisseurs ne pardonnent pas ! Le titre a plongé de -5 % sur la Bourse électronique après la publication des résultats à la fermeture de Wall Street.

Une erreur d’autant plus dommageable que les résultats d’Intel sont meilleurs qu’attendus, avec un chiffre d’affaires à 8,7 milliards de dollars, en progression de 8 %, dans le haut de la fourchette de prévision et supérieur aux attentes. Et que le bénéfice net a lui aussi progressé, à 1,3 milliard de dollars pour un BPA (bénéfice par action) de 22 cents, également supérieur aux attentes.

Mais là encore, Intel déçoit? Si l’on exclut un gain fiscal réalisé sur le trimestre, le BPA n’est plus que de 19 cents, ce qui est juste conforme aux attentes des analystes. Ce qui, dans une période boursière où les marchés pressentent de bonnes nouvelles d’un côté des résultats d’entreprises, est plutôt mal vu.

On comprend alors que dans ces conditions les investisseurs n’ont pas accueilli comme elles le méritent les prévisions d’Intel pour le trimestre en cours, un chiffre d’affaires dans une fourchette de 9 à 9,6 milliards de dollars, et une marge brute de 52 %, mais avec une marge de man?uvre de quelques pourcent qui ne peut satisfaire les marchés.

Au final, les résultats d’Intel sont corrects, en ligne avec les prévisions et même dans la fourchette haute, mais déçoivent quelque peu sur la marge brute dont le recul est cependant justifié. En revanche, il est toujours difficile, même quant on s’appelle Intel, de satisfaire un marché boursier qui en veut toujours plus !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur