Intel poursuit son offensive sur le Wi-Fi

Régulations

Le groupe va investir dans deux jeunes sociétés asiatiques spécialisées dans cette norme et va équiper les McDo d’accès sans fil au Web

Depuis la sortie de son processeur Centrino, dédié aux connections mobiles, on sait qu’Intel est particulièrement intéressé par le Wi-Fi. Cette technologie permet de se connecter à haut débit et sans fil à Internet à partir d’un PC portable ou d’un PDA. Seule contrainte: se trouver à proximité d’une borne (‘hot-spot’) dont la couverture est de 50 mètres environ.

Il existe à peu près 71.000 “hot spots” à travers le monde, selon l’institut d’analyse Gartner, dont un tiers sont en Asie, essentiellement en Corée, la majorité des autres se trouvant aux Etats-Unis. Premiers investissements de ce type en Asie Intel franchit aujourd’hui une étape supplémentaire en investissant dans deux jeunes sociétés asiatiques spécialisées dans cette norme, la coréenne IPone et la chinoise Ocamar Technologies. Le montant de l’investissement n’est pas connu: il se situe entre un et dix millions de dollars. IPone, à Séoul, et Ocamar, à Shanghai, qui emploient chacune moins d’une centaine de personnes au développement de produits et de services dédiés à cette technologie sans fil de transport de données, sont les deux premières sociétés d’Asie de l’Est à recevoir des fonds d’Intel. Le géant a déjà investi de la sorte dans une douzaine d’entreprises dans le monde. Du Wi-Fi dans les McDo

McDonald’s doit annoncer le lancement d’un service internet sans fil, de norme Wi-Fi, dans 75 de ses restaurants de la baie de San Francisco.

Pour permettre l’accès à internet dans ses restaurants, McDonald’s avait annoncé en mars un partenariat avec Intel. Dans la foulée, dix sites avaient été équipés dans Manhattan, à New York. Plusieurs chaînes de restauration, dont Borders et Starbucks, ont aussi commencé à accueillir des “hotspots”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur