Internet: la haine se porte bien

Régulations

Internet Security Systems a observé une augmentation de 42% du nombre de sites Internet dont le contenu présente un caractère illégal ou extrémiste

Internet constitue encore et toujours le média privilégié pour diffuser des idées extrémistes qui peuvent présenter un caractère illégal. Malgré les dispositions mises en place par certains gouvernements, le nombre de ces sites est en forte augmentation.

Ainsi, Internet Security Systems a observé une augmentation de 42% du nombre de sites dont le contenu présente un caractère illégal ou extrémiste. L’entreprise spécialisée dans la sécurité a constaté que plus de 16 millions de pages individuelles sur le web font l’apologie de crimes, du racisme, de la pornographie, du suicide, du cannibalisme, du terrorisme ou du satanisme, soit 5 millions de plus qu’en 2004. La haine sur la Toile se porte donc bien et son caractère massif laisse peu de place au contrôle et aux sanctions. En France, la loi pour la confiance dans l’économie numérique de juin 2004 permet à un juge d’ordonner le retrait d’un site (hébergeur) jugé contraire à la loi mais aussi ‘à défaut‘ d’en faire cesser l’accès (FAI). Ces derniers devront informer “promptement” les autorités de toutes activités illicites qui leur seraient signalées. Ils devront aussi rendre publics tous les moyens qu’ils consacrent à lutter contre ces activités. Ils devront mettre en place un dispositif accessible et visible pour permettre à toute personne de porter à leur connaissance les éléments à caractère pédophile, d’incitation à la haine raciale et d’apologie de crimes contre l’humanité. Cet article renforce la responsabilité des hébergeurs de sites Internet mais ne les oblige pas à la surveillance comme le prévoyait le texte initial. Par ailleurs, une charte de bonne conduite a été signée entre les FAI et le gouvernement. Elle vise à lutter contre les contenus illicites notamment racistes et pédophiles. “Cette Charte, qui formalise l’engagement des FAI à lutter contre les contenus illicites, traduit notre volonté de contribuer au développement de cette confiance”, a souligné Marie-Christine Levet, la présidente de l’AFA (Association des Fournisseurs d’Accès) et de Club-Internet lors de la signature au ministère de l’Industrie. Au cours de l’année écoulée, l’AFA a reçu 4.265 signalements de contenus illicites (incitation à la haine raciale, pornographie enfantine et apologie de crimes contre l’humanité). Mais il faut souligner que moins d’un quart de ces signalements concernaient des contenus hébergés en France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur