Internet : un média à abattre pour certains gouvernements

Régulations

Le dernier classement établi par Reporter sans frontières souligne à quel point blogueurs et journalistes en ligne sont devenus des cibles pour les régimes démocratiques et les dictatures

Le dernier classement établi par Reporter sans frontières (RSF) est sans appel. La liberté de presse, notamment sur Internet, souffre désormais des mêmes affres que la presse traditionnelle.

Le ‘gendarme du monde’ n’a en la matière, aucune leçon à donner à quiconque. Josh Wolf un blogueur américain a écopé de 224 jours de détentions, soit un peu plus de 7 mois de prison. Pour mémoire, Wolf avait mis en ligne sur son site la vidéo d’une manifestation altermondialiste. Il a refusé de remettre ses enregistrement à la justice.

Parmi les pays les moins bien ‘classés’, on retrouve la Malaisie, la Thaïlande, le Vietnam et l’Égypte. La situation ne manque pas d’inquiéter RSF. Selon l’organisation, le raidissement du comportement adopté vis à vis des blogueurs dénote de l’importance qu’Internet, en tant qu’outil démocratique, a acquis dans les régimes totalitaires.

Dans les récents évènements en Birmanie, les manifestants sont parvenus à faire filtrer des vidéo de la contestation via la Toile.

Les autorités des pays répressifs s’en prennent désormais avec la même force au blogueurs et aux journalistes en ligne qu’aux employés des médias traditionnels“, selon RSF.

La Chine détient toujours un triste record dans ce domaine. Selon RSF, l’Empire du milieux compte dans ses geôles 50 cyberdissidents sur les 64 embastillés à travers le monde.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur