La découverte d’une exoplanète intrigue les scientifiques

Régulations

La planète HAT-P-1b n’a pas de noyau et sa densité paraît si faible qu’elle pourrait flotter si un océan était suffisamment grand pour l’accueillir

Etrange découverte réalisée par les analyses spectroscopiques des télescopes Subaru du Japon et Keck de Mauna Keadu, à l’issue de la découverte par le réseau hongrois HATNet du système stellaire binaire ADS16402. Ils y ont découvert une planète pour le moins… déroutante !

Le système, situé à 450 années-lumière de la Terre, est composé de deux étoiles éloignées d’environ 1.500 fois la distance qui sépare la Terre et le Soleil. La vitesse radiale d’une des étoiles, associée à des données photométriques et spectrométriques, a révélé la présence d’une planète.

Située sur une orbite d’environ un vingtième de la distance de la Terre au Soleil, son diamètre est dans la moyenne, 1,38 fois celui de Jupiter. En revanche, HAT-P-1b présente la particularité de disposer d’une densité très faible, de l’ordre de celle de Saturne.

Ce n’est pas la première découverte de ce type, Osiris (HD209458b), qui présente la même densité, a été découverte en 2004.

En revanche, HAT-P-1b, planète sans noyau – mais qui présente une source de chaleur interne des plus intenses – intrigue car aucun modèle théorique ne permet aujourd’hui d’expliquer comment une telle ‘bulle de gaz‘ peut exister, et surtout se maintenir ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur