La Fondation Mozilla ouvre ses livres de comptes

Cloud

Pressée d’en dire plus sur ses 53 millions de dollars de chiffre d’affaires,
l’association à but non lucratif tente de jouer la transparence

La Fondation Mozilla n’est pas une entreprise comme les autres. L’éditeur du très populaire Firefox et de Thunderbird est une association à but non lucratif.

Mais en 2005, la Fondation a gagné beaucoup d’argent dans le domaine des liens sponsorisés liés à Firefox. La publication d’un chiffre d’affaires de 52,9 millions de dollars (contre 5,8 millions un an plus tôt !) a ainsi fait grincer certaines dents. D’autant plus que de nombreux développeurs travaillent bénévolement pour la Fondation, dans l’esprit du logiciel libre.

Face à certains remous dans les communautés de l’Open-source et dans les médias, la Fondation a décidé de jouer cartes sur table.

L’association explique sur le ‘blog’ de Mitchell Baker, présidente de Mozilla Corp, que 95% des revenus sont générés par les liens sponsorisés affichés sur les moteurs de recherche partenaires, notamment Google.

Plus de 800.000 dollars proviennent d’un partenariat avec Amazon, le reste est le fruit de la vente de produits dérivés, de “contributions” et d’intérêts.

Les dépenses du groupe sont faibles : seulement 8,1 millions de dollars liés au dévelopement et à la maintenance produits (6 millions de dollars), à la publicité et au marketing (770.000 dollars) et aux dépenses administratives (1,3 million de dollars).

En 2005, la Fondation Mozilla a donc généré un joli bénéfice après impôts de 30 millions de dollars. Où va cet argent ? Pour éviter toute polémique, l’association assure que cette somme est réinjectée dans le projet. Concrètement, les fonds sont versés dans une réserve. Ce trésor de guerre doit permettre à la Fondation de conserver son indépendance en cas d’OPA.

Reste désormais à connaître les résultats de 2006, et leurs affectations, qui seront logiquement encore plus importants


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur