La France veut doper la croissance des télécoms

Régulations

Un rapport proposant des stratégies à long terme va être remis à la ministre
de l’Economie

Le secteur hautement stratégique des télécoms a besoin d’une ligne directrice à long terme. Telle est la vision du nouveau président de la République qui a commandé un rapport afin d’établir de nouvelles stratégies pour assurer une croissance forte dans ce secteur.

Ce rapport, rédigé par un groupe de travail animé par Pascal Faure, le vice-président du Conseil général des technologies de l’information, doit être remis à Nicolas Sarkozy et à Christine Lagarde, ministre de l’Economie, cette semaine.

Il faut dire que malgré la présence d’acteurs de premier plan comme Alcatel-Lucent, le secteur des télécoms en France souffre de difficultés qui pénalisent sa croissance et sa compétitivité. On peut citer en premier lieu le manque d’une stratégie claire et cohérente au niveau de l’Etat, déjà dénoncé par le rapport d’information de la commission des Affaires économiques du Sénat rédigé par le sénateur de Vendée Bruno Retailleau.

La mauvaise gestion du dossier Alcatel-Lucent par le précédent gouvernement : fusion et plan social illustre ce manque de cohérence.

« On connaît déjà quelques-unes des orientations stratégiques » de ce rapport, a dit le porte-parole de l’Elysée, David Martinon à l’agence Reuters.

« D’abord, le groupe de travail recommande d’apporter un appui supplémentaire aux deux pôles de compétitivité dont font partie les centres de recherche d’Alcatel », a-t-il expliqué. « Ensuite, le rapport recommande de s’engager sur le déploiement en France des nouvelles technologies de l’information (TIC) sur lesquelles Alcatel-Lucent est en pointe. »

Il recommande aussi « de mettre en place une stratégie en faveur de la recherche et développement dans le secteur des technologies de l’information en France », selon lui.

« Ces premières pistes doivent être approfondies dans les prochaines semaines avec l’ensemble des entreprises et des représentants des salariés du secteur », a-t-il ajouté.

Bercy précise dans un communiqué que le groupe de travail a « identifié des thématiques d’actions pour les pouvoirs publics » – soutien aux PME, recherche et développement et innovation, développement des usages et des infrastructures, « bonne utilisation » des fréquences, propriété industrielle, gouvernance du secteur des TIC, veille stratégique …

Christine Lagarde souhaite pour sa part que « ces axes de propositions soient approfondis par les services concernés d’ici l’automne pour donner lieu à l’élaboration d’un plan d’action », ajoute le ministère de l’Economie et des Finances.

Nicolas Sarkozy « s’est engagé à ce que ce plan soit mis en place rapidement et permette d’apporter à l’ensemble des acteurs du secteur, entreprises et salariés, une vision cohérente pour l’avenir de l’industrie des télécommunications », a déclaré le porte-parole de l’Elysée.

« Pour traiter le problème à la racine, le président de la République souhaite mettre en place des mesures fortes afin de consolider l’industrie française des équipements de télécommunications », a-t-il ajouté.

Il était temps que cette mise en perspective soit entamée. Jusqu’à présent, les nouvelles technologies en général étaient cruellement absentes du discours du président de la République et de son gouvernement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur