La publicité contextuelle, Saint-Graal de Google

Cloud

La publicité contextuelle permet à Google de cibler bien plus précisément les internautes

Google a décidé de franchir le Rubicon. Le moteur de recherche vient tout juste de lancer son nouvel outil publicitaire : un lien contextuel basé sur les centres d’intérêt des internautes.

Ce nouvel outil, déjà employé par Microsoft et Yahoo, permet au moteur de recherche et aux autres sites du groupe, d’afficher des liens publicitaires en rapport avec les centres d’intérêt et les recherches précédemment effectuées. Un cookie ou traceur, chargé du suivi de l’internaute et la collecte de données établit le profil de l’utilisateur. Muni de ces informations, Google élabore des catégories et affiche les liens publicitaires en conséquence.

Avec cette nouvelle incitative, Google fait d’une pierre deux coups. La firme de Mountain View peut enfin mettre à profit la technologie acquise grâce au rachat de DoubleClick, un spécialiste du trafic publicitaire acheté à prix d’or (3,24 milliards de dollars). Mais ce n’est pas tout. Le moteur de recherche, leader mondial de la publicité en ligne, peut également se servir de son immense base de données construite au fur et à mesure des années en collectant des données relatives aux habitudes des internautes. Aux Etats-Unis, le service suscite diverses réactions.

C’est une [situation] vraiment sérieuse“, affirme Marc Rotenberg, directeur exécutif du ‘Electronic Privacy Information Center’, cité par AP. “Je ne pense pas que le plus puissant moteur de recherche du monde devrait réaliser des profils des utilisateurs“, s’inquiète-t-il.

Pour un autre organisme, la ‘Progress and Freedom Fondation’, Google, loin de constituer un danger pour la vie privée des internautes, crée un “standard” en expliquant clairement son fonctionnement et en indiquant comment quitter le programme.

En effet, le moteur de recherche offre d’une part la possibilité aux internautes de quitter le programme. D’autre part, une option permet également aux internautes de spécifier leur centre d’intérêt et d’influer sur le type de publicités liées aux résultats affichés.

Google, également soucieux de ne pas s’attirer les foudres des associations protectrices de la vie privée, a promis de ne pas réaliser de recoupements avec ses autres services, notamment Gmail, le client de messagerie du groupe.

Avec les liens publicitaires contextuels, le groupe, bien moins éreinté que d’autres par la crise, espère faire sensiblement progresser ses revenus publicitaires. Les annonceurs ne devraient en effet pas longtemps rester insensibles aux charmes d’une approche qui promet de cibler précisément les internautes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur