Le départ d'Alice se précise

Régulations

Telecom Italia aurait mandaté une banque pour préparer la vente du FAI

La vente du dernier ‘petit’ FAI français semble désormais sur les rails. Selon Le Figaro, Telecom Italia, la maison mère du fournisseur, a confié à Calyon, la banque d’affaires du Crédit agricole, le mandat de vente.

Cette annonce n’a rien d’une surprise. En novembre, Enrico Pazzini et Riccardo Ruggiero, à la tête de l’opérateur avaient déclaré selon l’AFP“avoir étudié la possibilité de se retirer du marché français pour aller sur d’autres marchés en Europe. ” et “être prêt à l’envisager dans le futur”.

Même si Telecom Italia se bornait ensuite à répéter qu‘Il n’y a actuellement aucun processus de vente en cours, ni de décision de vendre”, tous les observateurs s’accordent à dire que cette cession est inéluctable compte tenu de la concentration du marché autour de quelques acteurs et des investissements exigés pour le fibre optique.

En effet, malgré ses 880.000 abonnés ADSL, la grande blondefait figure de petit poucet face aux géants que sont Orange, Free et surtout Neuf Cegetel qui a multiplié récemment les rachats (AOL France et Club-Internet). A eux trois, ces opérateurs englobent 91% du marché du haut débit en France…

Faute d’avoir atteint la taille critique, Alice fait donc office depuis plusieurs mois de proie idéale. Selon les observateurs, ses choix sont limités. Accepter un mariage de raison ou essayer de résister. Mais dans ce cas là, Alice devra casser sa tirelire. Car tout le secteur se lance dans la fibre optique. Et les investissements pour couvrir les grandes villes (les seules concernées à moyen terme) sont colossaux.

Selonle Figaro,Alice vaudrait entre 600 et 650 millions d’euros. Reste à savoir qui se portera acquéreur. Neuf Cegetel, qui a avalé AOL et qui est en train de digérer Club-Internet pourrait en cas de rachat voir sa base d’abonnés bondir à presque 4 millions d’abonnés et se rapprocher ainsi d’Orange et de ses 6,5 millions de clients. Mais l’opérateur est lui même en phase de cession puisque SFR est en train d’en prendre le contrôle. A moins que Free mette la main au portefeuille, ce qui lui permettrait de reprendre la deuxième place du marché français avec 3,4 millions d’abonnés. Dernier candidat possible: Numericable qui n’a jamais caché ses intentions de se rapprocher d’un FAI ADSL.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur