Les produits électroniques bientôt soumis à 'bonus-malus' écologique

Régulations

L’extension de ce dispositif, appliqué aujourd’hui aux automobiles, est validé par le gouvernement

Acheter un produit électronique polluant devrait à terme coûter plus cher. A contrario, un produit ‘vert’ bénéficiera d’une prime. Tout comme les automobiles, le gouvernement compte appliquer prochainement“à d’autres catégories de produits” le dispositif ‘bonus-malus’ écologique qui existe aujourd’hui pour les automobiles.

Cette extension fait désormais “consensus” au niveau budgétaire. C’est ce qu’a affirmé, dimanche 7 septembre, le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, en marge du “Campus” de l’UMP à Royan.

La secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a fait part samedi de sa préférence pour une législation par ordonnances, plus rapide. “On avait annoncé en décembre[2007] le bonus-malus, et les gens qui voulaient s’acheter des 4×4 et des grosses berlines ont anticipé, parce que le bonus-malus ne commençait qu’au 1er janvier” 2008, a-t-elle justifié.

Si le gouvernement s’est bien gardé pour le moment de détailler la liste des produits concernés par ce dispositif, il y a fort à parier que les appareils électroniques soient dans la ligne de mire. Régulièrement pointés du doigt par les associations écologiques, ces produits ont du mal à être éco-responsables, malgré les efforts importants, mais récents, des industriels. “Si nous imposons un tel système sur les appareils électroniques, les consommateurs seront tentés de s’orienter rapidement vers les appareils moins énergivores”, explique Jean-Louis Borloo.

Un bonus sur certains produits devrait certainement donner un coup de pouce à un secteur qui commence à sérieusement souffrir du ralentissement économique mondial. Mais pour les autres, l’addition risque d’être salée.

Et de nombreux fabricants commencent à tirer la sonnette d’alarme, estimant que leurs produits sont déjà soumis à une multitude de taxes allant de la TVA à la rémunération pour la copie privée en passant par une possible ponction pour financer l’audiovisuel public.

Rappelons néanmoins que le dispositif a rencontré un certain succès dans le secteur de l’automobile. Depuis le début de l’année, les ventes de véhicules les plus gourmands ont baissé de 40%, tandis que celles de modèles plus sobres ont augmenté de 45%, a indiqué le ministre


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur