Les ventes de King Kong ne font pas Gong!…

Cloud

Le gros singe qui se tape sur le torse dès qu’il a un problème, n’aide pas le groupe Ubisoft a tirer ses résultats vers le haut. Au contraire, ils sont en dessous des objectifs affichés par le développeur de jeux vidéos, et c’est vraiment trop bête?

C’est sans doute ce qui s’appelle glisser sur une peau de banane. Le président d’Ubisoft, Yves Guillemot, a ainsi déclaré au cours de l’émission de France 3 Ouest

“A vous de décider” que les ventes du jeu King Kong étaient bien en dessous des prévisions de vente fixées à fin décembre 2005, indique Boursorama. D’ailleurs, à la Bourse de Paris, le titre Ubisoft abandonne aujourd’hui 1,8% à 39,90 euros, de quoi sérieusement agacer les concepteurs du groupe français qui ont pourtant terminé l’année avec des résultats meilleurs que l’an passé et une réduction de sa dette. Ubisoft s’attendait à des ventes d’au moins 4 millions de copies, or aujourd’hui les ventes n’ont atteint qu’entre 2,5 et 3 millions d’exemplaire. Les ventes sont en dessous des attentes dans l’Hexagone et le jeu ne se classe qu’au 10ème rang du box-office. Dans ses colonnes, le quotidien Les Echos précise que les prévisions de vente pour l’ensemble de l’exercice sont de 5 millions d’unités. Yves Guillemot a indiqué qu’il s’attendait à environ 200 millions d’euros de recettes sur le jeu de King Kong. Il a également déclaré que le seuil de rentabilité sur ce jeu été situé près des 2 millions d’exemplaires. En décembre 2005 le groupe a affiché une perte nette de 11,3 millions d’euros contre 32,9 millions l’an dernier, une perte opérationnelle courante de 43,6 millions contre 46,5 millions en 2004, et un chiffre d’affaires de 152,9 millions contre 128,2 millions. La réduction de la dette se poursuit: elle ressort à 83,9 millions d’euros, en amélioration de 85,8 millions par rapport au 30 septembre 2004. L’éditeur a confirmé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice, dont un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros et un résultat opérationnel courant supérieur à 52,5 millions.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur