Linux: vers une vague de postes clients légers?

Régulations

Le groupe Ford crée la surprise: il décide de migrer son parc de serveurs vers Linux… Au même moment, des constructeurs comme Wyse, spécialistes des postes clients légers, abaissent la barre à 400 euros

La révélation en début de semaine du choix de Ford en faveur de Linux a eu l’effet d’un électrochoc. Un de plus. Car depuis des mois IBM, HP et même Sun et les autres apportent leur soutien à l’Open Source. Il fallait bien qu’un jour cela se traduise aussi dans les faits chez les acheteurs… Dès le début de l’année, le géant de l’automobile n’avait pas caché qu’il se déterminerait entre la ‘distribution’ de SuSE (partiellement retenue par l’administration américaine comme “standard”) et celle de RedHat – et tout indique, selon le Scotland of Sunday, que ce dernier l’emporterait. Ford aurait choisi de basculer sur des serveurs Linux toutes ses applications d’infrastructure, de ventes, relations clients, et ressources humaines.

Faut-il en conclure que la firme envisage de basculer également son parc de PC? Rien n’est moins sûr. En 1999, le groupe automobile avait choisi les PC de Dell, sur base Intel, comme “standard”. Linux menace-t-il Windows? Il est vrai que des indices et des études s’accumulent laissant entendre que, sur les postes de travail, Linux pourrait peu à peu grignoter Windows. La réalité est encore toute autre: “Le pourcentage de postes de travail sous Linux n’est que de 2%“, constate Stephen Yeo, directeur marketing de Wyse Technology, qui commercialise des postes X-Windows (Unix/Linux), et introduit ce mois les postes clients légers les moins chers du marché (lire ci-après). Windows est présent sur 90% des postes de travail. La tendance est là, pourtant. Dell annonce qu’il pourrait sortir d’ici peu des stations de travail sans disque dur (est-ce à la demande de son meilleur client -Ford?). Car les architectures conçues autour des serveurs Linux reposent sur des “clients légers”: les utilisateurs, en mode Web, téléchargent les applications bureautiques dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin. Ce qui explique, du reste, le faible coût de licences logicielles par poste. Le Java Desktop System de Sun à 100 dollars Sun Microsystems a choisi cette voie avec son Java Desktop System, présenté ce 16 septembre (rappel: son nom de code était «Mad Hatter»). Il s’agit d’un ensemble de logiciels fonctionnant sur tous les ordinateurs personnels. Il comprend Linux, la suite bureautique StarOffice 7, le navigateur Internet Mozilla, une messagerie, ainsi que le lecteur de fichiers multimédia RealOne de RealNetworks. Son prix n’est que de 100 dollars par poste ou 50 dollars par employé sous la forme d’une mise à jour d’un autre nouveau logiciel, le Java Enterprise System. Pour sa part, Wyse, apôtre des postes “thin clients”, cite une étude d’IDC, où il ressort que, s’agissant des plates-formes d’applications, le plus fort potentiel de croissance est sur Linux: +63%, contre +7% pour Windows CE, par exemple. Wyse veut y croire, plus que jamais…

Ce 16 septembre, le constructeur a présenté en avant-première à Paris, deux postes de travail Linux à des prix… étonnants. ”

Le concept de client léger renvoie à une architecture“, explique Stephen Yeo, directeur marketing de Wyse Technology. “Toutes les applications et données sont centralisées sur un serveur. On y accède via un simple terminal, avec une interface graphique, comme X-Windows ou un navigateur Web comme Netscape ou Mozilla. Ce n’est plus du “client-serveur” où certaines données et applications résident sur les postes de travail. Les postes légers ou “thin clients” n’hébergent aucune application; ce sont les successeurs des terminaux des ordinateurs centraux, mais avec une interface graphique équivalente au PC“. Wyse introduit deux nouvelles stations de travail, qui pourraient fort bien s’appeler des terminaux Web. Le modèle 5125 SE est commercialisé à 399 euros ht (sans écran vidéo) avec 62Mo de mémoire, 32 Mo de mémoire “flash”. Il intègre un processeur National Semiconductor cadencé à 266 MHz, et un processeur graphique apportant une haute résolution couleur de 1.280 par 1.024 points. Le système, dont la forme évoque un modem, comporte 3 interfaces USB, une prise réseau local RJ45, un port parallèle pour imprimante…. Côté logiciel, l’unité est fournie avec le navigateur Web Netscape, un client RDP… Le second modèle, le 5455 XL, s’apparente plutôt à une station Java, avec son boîtier rectangulaire. Doté d’un processeur Via à 550 MHz, avec 128 Mo de mémoire et 64 Mo de mémoire “flash”, il apporte une résolution graphique de 1.600 par 1.200 points. Il intègre Sun Java 1.4.1. Son prix, de 559 euros, n’inclut pas l’écran vidéo.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur