Logiciels : vers un syndicat européen des grands éditeurs?

Régulations

Les mastodontes de l’informatique ambitionnent de créer un syndicat européen des éditeurs de logiciels afin de promouvoir et défendre les intérêts de la profession, aussi bien en termes d’emploi que de défense des brevets logiciels

La profession des grands éditeurs a bien l’intention de faire entendre sa voix. Elle souhaite disposer d’une tribune européenne. L’idée de cette association, serrant les rangs derrière SAP, n’est pas nouvelle.

Son ambition serait donc de mieux défendre les intérêts de cette industrie au niveau européen. Parmi les sujets dont elle va s’occuper, on retrouve le dossier des brevets logiciels -dont le parlement européen n’a pas voulu- et tout ce qui a trait aux coûts des développements. Pour l’instant, les discussions sont bien engagées. Dès le 20 octobre les géants de l’édition devraient officialiser auprès de la Commission la création de ce nouveau levier au service des plus grands. Car parmi les futurs participants figurent SAP, Cegid, Dassault Systèmes, Business Objets, l’incontournable Microsoft, Mamut, l’anglais Coda.. Outre son élan européen, cette idée revendique aussi d’être nationale. En effet, les grands noms du logiciels français, souhaitent également créer une structure similaire pour l’Hexagone. Et cela malgré les risques de dispersion des forces. Car les éditeurs disposent déjà, en principe, d’organismes professionnels comme le Sell ou le Syntec Informatique pour défendre leurs intérêts. Interrogé par le quotidien Les Echos, Jean Mounet, président du Syntec Informatique -organe officiel de la profession- a déclaré qu’il y avait “un risque de dispersion des efforts”. On peut effectivement s’interroger sur l’utilité de la création d’un énième syndicat des éditeurs -avec le risque d’une moindre représentativité et donc d’une perte d’influence auprès des pouvoirs publics.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur