Microsoft et Fujitsu s’allient dans les mainframes

Régulations

Outre le développement de serveurs, les deux sociétés collaboreront dans l’intégration de plate-formes et de services d’assistance aux clients, qui fonctionnent généralement 24 heures sur 24

Le premier éditeur mondial de logiciels, l’américain Microsoft et le premier fabricant japonais d’ordinateurs, Fujitsu développeront en commun des serveurs de nouvelle génération basés sur les logiciels Windows destinés au marché mondial des systèmes vitaux, pour un lancement début 2005, ont-ils annoncé lundi à Tokyo.

Sont appelés vitaux les systèmes informatiques (matériel et logiciel) essentiels à la bonne marche d’une entreprise et à l’atteinte de ses objectifs et dont le mauvais fonctionnement ou l’arrêt peut être fatal à la survie de celle-ci. Le modèle est celui des mainframes. Outre le développement des serveurs eux-mêmes, les deux sociétés collaboreront dans l’intégration de plateformes et les services d’assistance aux clients, qui fonctionnent généralement 24 heures sur 24. Pour ce dernier élément, une équipe de plusieurs dizaines d’ingénieurs des deux groupes sera constituée au siège de Microsoft à Redmond, dans l’Etat de Washington, au second semestre 2004. “Aujourd’hui (…) nous nous sommes engagés à porter notre alliance mondiale vers sa nouvelle frontière, au-delà de l’informatique d’entreprise vers l’informatique vitale, qui a été une base des activités de Fujitsu pendant de nombreuses années mais est une partie émergente de celles de Microsoft”, a déclaré Steve Ballmer au cours de la conférence de presse. Fujitsu et Microsoft prévoient de tirer de cette entente un chiffre d’affaires mondial de 800 milliards de yens (6,12 milliards d’euros) partagé environ à égalité entre les deux sociétés en 2007. Windows Server et Longhorn en version supercalculateur

Dans sa guerre contre Linux, Microsoft marque régulièrement des points en privilégiant les accords industriels. C’est le cas avec le japonais Fujitsu, qui parallèlement à son parc de mainframes SPARC commercialisé en Europe avec Siemens, développe des stations et serveurs motorisés par Intel.

C’est donc en particulier le marché des supercalculateurs et stations haute performances qui serait visé par l’accord signé entre les deux géants. Dans une première étape, mi 2005, Windows Server 2003 sera proposé sur des serveurs architecturés autour d’écosystèmes 64 bits d’Intel, sans doute des Xeon EM64T annoncés voici quelques jours (lire notre article). A partir de 2007, si Microsoft ne prend pas trop de retard, Fujitsu devrait proposer des stations et serveurs hautes performances sous Longhorn, le successeur de Windows XP, mais en version HPC (high performance calculator). Par leur partenariat, Fujitsu et Microsoft entendent très clairement proposer une alternative aux offres d’IBM?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur