Microsoft va décliner Longhorn par modules

Régulations

Microsoft envisage de tronçonner le code de Longhorn Server, le successeur de Windows Server, en morceaux indépendants afin de cloisonner des tâches spécifiques sur les serveurs

Une nouvelle stratégie pour Microsoft sur les serveurs devrait voir le jour dès 2007, après le lancement de Longhorn Server. L’idée est simple et répond à des objectifs de simplification et de réduction des coûts de la maintenance, tout en proposant des solutions plus sécurisées et moins vulnérables aux attaques.

Microsoft pourrait proposer des modules Longhorn, des tranches de codes, destinés à couvrir des besoins précis en matière de serveurs et de réseaux. Ce n’est pas une nouveauté en soi, Microsoft propose déjà deux versions de Windows, stockage et services Web. Mais elles ne sont encore que des adaptations de Windows, dont le code reste intégral. Cette nouvelle orientation pourrait se révéler stratégique pour Microsoft, en particulier pour affronter Linux. Et l’on comprend mieux l’abandon du projet d’intégrer WinFS dans Longhorn, perçu comme un recul par rapport aux annonces initiales sur le successeur de Windows. “Aujourd’hui, nous restons basés sur le code intégral. Il n’y a pas de réductions dans les ‘bits’ que vous recevez ; les choses sont simplement interdites d’accès” confirme Martin Taylor, directeur général de la stratégie plates-formes de Microsoft. “Nous voulons évoluer vers un modèle basé sur le déploiement de missions, où vous pourrez n’avoir que les ‘bits’ dont vous avez besoin pour cette fonction? C’est l’un de nos objectifs de design de Longhorn“. Réduire le volume de code sur les serveurs, c’est réduire la surface d’attaque. A l’opposé, une faille dans JPEG affecte tous les systèmes Windows, dont Windows Server 2003. Or, la majorité des serveurs n’ont pas besoin de ce composant qui les fragilise. De plus, cette approche par module permet de réduire les coûts à la fois d’acquisition des solutions, mais aussi de maintenance, à l’exemple de Windows Storage Server 2003 ou Windows Server 2003 Web Edition. En revanche, cette stratégie demande à être validée technologiquement, à la fois en interne chez Microsoft, mais aussi au profit des développeurs, car un module doit rester accessible aux applications internes et externes dont l’entreprise peut éprouver le besoin. Et quelles missions Microsoft va-t-il retenir ? Seront-elles inter-opérables ? Les réponses existent, les ingénieurs de Microsoft n’évoluent pas de façon aveugle, mais elles restent ouvertes ! Le projet de Microsoft sur Longhorn est séduisant, mais soulève de nombreuses questions auxquelles l’éditeur devra répondre. C’est un changement culturel aussi, pour l’éditeur qui fait évoluer sa stratégie industrielle et abandonne l’approche du noyau commun pour se focaliser sur les composants. “Je pense qu’ils [Microsoft] ont besoin d’évoluer vers ce modèle (?) pour mieux affronter Linux“, a confirmé un analyste.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur