Mis en cause pour plagiat, les jours de Twitter sont-ils comptés ?

Cloud

TechRadium porte plainte contre le site de micro-blogging Twitter pour plagiat. Elle lui reproche d’avoir utilisé trois de ses technologies brevetées.

La société TechRadium

a porté plainte

contre le célèbre réseau de microblogging Twitter, qui compte près de 25 millions d’utilisateurs. Selon les informations d’Eco89, TechRadium accuse le réseau social de lui « avoir volé trois technologies brevetées».

En cause pour la société spécialisée dans les systèmes de notification collective en push, le « vol » d’un « système numérique de notification et de réponse, d’une méthode pour fournir une notification numérique et d’une méthode pour fournir une notification numérique et recevoir des réponses.»

Twitter accusé de « négligence grave, fraude et malveillance »

L’entreprise texane développe des services de notification collective en push (Immediate Response Information System). Dès qu’un membre affiche un message, toute sa communauté est alertée et inversement. Dans un communiqué de presse cité par Eco89, l’avocat de TechRadium, Shawn W. Staples, déclare qu’il « semble que la fonctionnalité de base de Twitter soit exactement la technologie décrite par les brevets de TechRadium».

Pour compenser la « négligence grave, la malveillance et la fraude » de Twitter, le plaignant exige des dommages et intérêts en insistant sur le fait que « la conduite du défendeur a été commise intentionnellement, sciemment, et avec un mépris cynique pour les droits légitimes du plaignant».

Une issue de secours : des technologies sont « trop génériques » ?

Selon Eco89, Twitter aurait une chance de s’en sortir grâce à un « prior art », grâce à «l’état de la technologie précédant le brevet : il est possible que ce type de systèmes de notification collective ait connu des antécédents avant le brevetage de Iris par TechRadium. Dans ce cas, Twitter pourrait plaider l’invalidité des droits réclamés. »

C’est aussi l’avis de George Borkowski, responsable de la propriété intellectuelle dans le cabinet juridique Venable LLP, consulté par le site d’informations en ligne. D’après lui, « Twitter pourrait se défendre en demandant l’annulation des brevets, qui portent sur des technologies trop génériques ».

Décidément, l’été

n’aura pas été de tout repos pour le site de microblogging. Après les cyber attaques de la semaine passée, le rachat de FriendFeed par Facebook qui le concurrence directement, c’est la justice qui se met en travers de son chemin. Affaire à suivre…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur