MobilCom réclame 4,3 milliards d’euros à France Télécom

Cloud

La sombre affaire continue. L’opérateur français pensait avoir payé suffisamment cher son aventure allemande. Visiblement, les comptes ne sont pas encore soldés!

On croyait en avoir terminé avec le dossier MobilCom/France Télécom. Mais l’opérateur allemand vient une nouvelle fois empoisonner la vie de l’opérateur français. Un véritable cauchemar qui dure depuis près de trois ans, France Télécom était actionnaire majoritaire de MobilCom et s’en mord encore les doigts.

Aujourd’hui, c’est Jan Wilhelm, l’administrateur judiciaire de Gerhard Schmid, l’ex-patron de Mobilcom, qui intente une action en justice contre France Télécom. Et, ce n’est pas une blague, il réclame au groupe français pas moins de 4,256 milliards d’euros! MobilCom argue du fait que France Télécom n’a “pas respecté ses obligations contractuelles (…) pour financer le déploiement du réseau de téléphonie mobile UMTS de Mobilcom”, a déclaré l’administrateur. Ceux qui connaissent ce dossier hyper complexe risquent de sourire. En effet, en 2002 Gerhard Schmid, fondateur et par le passé principal actionnaire de Mobilcom et son partenaire français, s’étaient entredéchirés à la suite d’un désaccord, justement, sur les investissements requis pour le lancement des services de téléphonie UMTS en Allemagne. La dispute très vive entre Schmid, Mobilcom et France Télécom avait été réglée par un accord à l’amiable en vertu duquel l’opérateur français acceptait de reprendre à son compte 7 milliards d’euros de dette de Mobilcom tandis que l’opérateur allemand interrompait ses projets dans la 3G. Mobilcom et Schmid s’étaient en outre engagé à ne pas poursuivre France Télécom. A ce moment, l’opérateur allemand était au bord de la faillite, en raison de l’acquisition ruineuse de cette licence UMTS, pour plus de 8 milliards d’euros, qu’il a depuis rendue au régulateur allemand. Pour autant, l’administrateur judiciaire a indiqué que l’accord selon lequel Schmid avait convenu de ne pas engager de poursuites contre France Télécom n’était pas contraignant, et qu’il ne couvrait pas le préjudice causé à Schmid et à Mobilcom dans le cadre de leur coopération avec l’opérateur français. Jan Wilhelm juge insuffisante la somme de 7 milliards d’euros qu’avait déboursée le groupe français en 2002 pour éponger les dettes de Mobilcom. En reprenant la dette de l’opérateur et en sortant de celui-ci, France Télécom pensait avoir payé suffisamment cher son aventure allemande. Visiblement les comptes ne sont pas encore soldés. Reste à savoir si la justice accepte ou non cette plainte.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur