Neelie Kroes promeut une approche européenne de la gouvernance d’Internet

Régulations
Neelie Kroes Europe

Lors du forum EuroDIG 2012, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la stratégie numérique, Neelie Kroes, s’est prononcée en faveur d’une gouvernance mondiale du Net qui allie autorégulation et intervention des pouvoirs publics.

À l’occasion du forum EuroDIG (European Dialogue on Internet Governance) organisé en Suède, à Stockholm, les 14 et 15 juin 2012, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la stratégie numérique, Neelie Kroes, s’est prononcée pour une gouvernance du Net qui combine intervention publique et libre-échange.

Une gouvernance mixte

Pour Neelie Kroes, la bonne approche de la gouvernance mondiale de l’Internet n’est pas celle d’un interventionnisme à tout crin des pouvoirs publics ou celle du « laissez-faire ». L’alternative doit combiner la « juste » intervention des pouvoirs publics et l’autorégulation nécessaire à un marché dynamique, innovant et concurrentiel. Ainsi, les droits et libertés des internautes, la protection des données comme celle de la propriété intellectuelle, seraient respectés.

Mme Kroes a ajouté ne pas être favorable à la création d’une nouvelle structure publique dédiée à la gouvernance d’Internet qui pourrait être intégrée à l’Organisation des Nations Unies (ONU), comme le souhaitent certains. La commissaire, en revanche, a réaffirmé l’importance de la coopération entre les parties prenantes en Europe comme à l’international, parmi ces interlocuteurs le chef de file de la gouvernance d’Internet piloté par les États-Unis : l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

La vice-présidente s’est également prononcée en faveur de l’utilisation de langages et standards communs. Elle a rappelé à ce propos, les succès enregistrés par l’Europe en la matière, du GSM (Global System for Mobile Communications) au World Wide Web inventé en 1990 par le Britannique Tim Berners-Lee alors informaticien au CERN.

Internet, emploi et croissance

« Internet est la clé de notre avenir durable. Nous devons éliminer les obstacles [qui entravent] son potentiel », a insisté Neelie Kroes. Elle a ajouté : « Regardez le cloud, il pourrait radicalement transformer les modèles qui prévalent dans les TIC [et] transformer tous les secteurs, de la santé à la musique, toutes les structures, dont les petites entreprises qui obtiennent des services back-office flexibles et peu chers. »

En outre, a conclu la vice-présidente de la Commission de Bruxelles, Internet est une plateforme de choix pour l’innovation. « Des études suggèrent que chaque hausse de 10 points de pourcentage du taux de pénétration de l’Internet haut débit s’accompagne d’un surplus de croissance économique de 1 à 1,5 % », a-t-elle observé. Avant de conclure : « Internet peut également fournir des emplois. Nous serons bientôt confrontés à une pénurie de 700 000 travailleurs des TIC, c’est une bonne nouvelle si vous faites partie des 5,5 millions de jeunes (européens) de moins de 25 ans à la recherche d’un travail, tant que vous en avez conscience et que vous disposez des compétences requises. »


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur