Neuf Cegetel met un pied dans la fibre

Régulations

L’opérateur avance son premier pion en rachetant Mediafibre et ses 3.000
abonnés très haut débit dans la région de Pau

Face à l’accélération notable de France Télécom et de Free dans la fibre optique, Neuf Cegetel ne pouvait pas longtemps rester inactif. Certes, la manoeuvre est de petite ampleur, mais elle est symptomatique d’un mouvement de fond qui s’engage chez les leaders de l’Internet français.

Neuf Cegetel annonce en effet le rachat “pour un montant non significatif “ de Mediafibre, fournisseur d’accès en fibre optique présent dans la région de Pau.

Mediafibre compte 3.000 clients qui accèdent à une offre FTTH (fiber to the home) triple-play incluant un accès maximum à 100 Mb/s, la téléphonie illimitée, de l’IPTV et de la VOD pour 39 euros par mois. Le groupe est un acteur important du projet Pau Broadband Country, qui a donné naissance au premier réseau en fibre optique déployé par une collectivité. Depuis, d’autres ont suivi cet exemple.

Pour autant, Mediafibre est avant tout un fournisseur d’accès. Le réseau est la propriété la Communauté d’Agglomération Pau Pyrénées, seule sa commercialisation et sa maintenance sont exploitées par des acteurs privés.

Jusqu’à présent, Neuf Cegetel avait une position assez réservée face à la fibre optique. En décembre dernier, il estimait que le marché n’existe pas encore. C’est “un sujet pour 2009.La demande ne justifie pas encore des débits supérieurs à ceux de l’ADSL”, expliquait Jacques Veyrat, président de l’opérateur au Journal des Télécoms.

Mais les offensives de Free et France Télécom semblent avoir pesé dans la balance.

En octobre dernier, Free dégaînait le premier en annonçant une offensive de taille. Le deuxième FAI français rachète Citéfibre et son réseau.

Premier opérateur de la fibre optique jusqu’à l’abonné, Cinéfibre, créé en 2004, dispose d’une expertise reconnue pour le déploiement des réseaux en fibre optique à Paris, en particulier pour le câblage vertical des immeubles.

Plus que le nombre limité de clients de l’opérateur, 500 abonnés à ce jour, c’est probablement cette expertise qui a retenu l’attention d’Iliad. En rejoignant le groupe, maison mère de Free, Cinéfibre devrait permettre au trublion des télécoms d’accélérer le déploiement de son projet de fibre sur la capitale et en province.

Car Iliad compte investir un milliard d’euros d’ici à 2012 pour étendre progressivement son réseau dans certaines villes de banlieue et dans certains quartiers de villes de province. Plus de 10 millions de français, soit plus de 4 millions de prises raccordables seront éligibles d’ici 2012, promet le groupe.

Fidèle à son habitude, le groupe va frapper les esprits en proposant une offre FTTH (fiber to the home) au prix de son ADSL, soit 29,99 euros par mois ! Un tarif cassé compte tenu de cette technologie qui exige de lourds investissements.

Côté débits, Free ne propose “que” le double du maximum proposé par l’ADSL. La fibre permet en effet d’aller au-delà des 100 Mb/s. Mais l’offre du groupe pourra monter en puissance.

En décembre, alors qu’il s’en tenait à des expérimentations en région parisienne estimant comme Neuf que le marché n’est pas prêt, France Télécom contre-attaque en annonçant un calendrier pour un lancement national.

Comme annoncé auparavant, le lancement massif se fera sur plusieurs années. Mais le groupe annonce une première étape dès l’année prochaine, ce qui constitue une surprise.

Une phase de pré-déploiement aura lieu entre 2007 et 2008. L’offre sera disponible dès mars 2007 à Paris et dans plusieurs zones limitrophes. Elle sera progressivement disponible à partir de juin 2007, dans une dizaine de villes dont les premières seront Lille, Lyon, Marseille, Poitiers et Toulouse.

La technologie utilisée est le FTTH (Fiber To The Home) combinée au GPON (Giga Passive Optical Network). Le GPON permet d’atteindre des débits jusqu’à 2 ,5 Gigabits/s en descendant et 1,2 Gigabits/s en remontant.

Le pilote Très Haut Débit coûte 70 euros par mois (dont 2 mois gratuits). Il inclut l’accès Internet, la télévision numérique, le téléphone illimité. Il comprend également l’installation des équipements à domicile et la mise en service.

Orange cible 150.000 à 200.000 clients raccordés sur une base de plus d’un million de clients raccordables fin 2008. Les investissements cumulés pour la période 2007-2008 sont évalués à 270 millions d’euros.

Face à ces mouvements, Neuf Cegetel bien que réservé sur la question, se devait d’occuper à nouveau le terrain. Le rachat de Mediafibre lui permet d’entrer dans la danse. Pour ces trois opérateurs, l’enjeu est stratégique : se positionner le plus rapidement possible sur cette offre de rupture qu’est la fibre optique, considérée par beaucoup comme le successeur de l’ADSL.

Par ailleurs, Neuf Cegetel et Free, qui possèdent à peu près le même nombre d’abonnés (2 millions) se battent pour la deuxième place de fournisseur d’accès en France. Le recrutement de nouveaux clients par les offres est la seule solution pour grandir, les opportunités de rachats de FAI concurrents devenant de moins en moins nombreuses.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur