Nokia en forte baisse, Sony Ericsson dans le rouge au 1er trimestre

Cloud

Les  chiffres  d’affaires se sont très sévèrement contractés. Un tiers de ventes en moins!

Comme attendu, ce début d’année 2009 ne fait pas de cadeau aux fabricants de mobiles. Nokia et Sony Ericsson viennent tous deux d’annoncer des chiffres en très forte baisse pour les trois premiers mois.

Nokia n’a écoulé que 93,2 millions de combinés soit une baisse de 19% en volume. Sa part de marché s’est également érodée, constate La Tribune. En quelques mois, elle a perdu 3 points, de 40 à 37%.

Le chiffre d’affaires du géant finlandais a chuté de 26,7% à 9,2 milliards de d’euros (contre 12 milliards l’an passé).

Conséquence : le résultat d’exploitation (format IFRS) du groupe s’est effondré de 1,5 milliard à 55 millions d’euros. La nouvelle branche “équipementier télécom” du groupe, Nokia Siemens Network, affiche à elle seule une perte d’exploitation de 361 millions d’euros.

Nokia, plus pessimiste que jamais, anticipe une baisse de 10% du marché des télécoms fixe et mobile.

Chez Sony Ericsson, la période n’est pas plus joyeuse. Le groupe nippo-suédois fait état d’une perte de 293 millions d’euros, causée notamment par un recul historique de ses ventes. Au premier trimestre de l’année 2009, le fabricant affiche un chiffre d’affaires de 1,73 milliard d’euros, soit une baisse drastique de -35,7%.

Pire encore, le nombre de terminaux écoulés a fondu : 14,5 millions début 2009 contre 22 millions un an plus tôt. Or, le prix moyen des terminaux a baissé de 121 euros à 120 euros.

Face à cette situation de crise le fabricant a choisi la solution la plus drastique : la réduction de personnels. Près de 2.000 emplois devraient ainsi être supprimés dans les prochains mois, sur un effectif total estimé à 8.000 au début de 2009. Cette nouvelle mesure vient s’ajouter à un précédent plan social engagé à la fin 2008 qui prévoyait déjà la suppression de 2.000 emplois !

Les fabricants disposent de bien peu d’issus pour tenter de se sortir la crise. Nokia de son table sur les services avec ses deux plates-formes ‘Come with music‘ et ‘Ovi‘, ainsi que sur les téléphones mobiles tactiles.

On comprend mieux la rumeur selon laquelle le pire pourrait arriver : le retrait d’Ericsson de la co-entreprise, créée en 2000.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur