Le nouveau patron d’HP Autonomy vient de Microsoft

Régulations

Robert Youngjohns va succéder à Mike Lynch, CEO démissionné d’Autonomy (entreprise acquise par HP en 2011), afin d’accélérer l’intégration de la technologie IDOL dans la stratégie du constructeur.

Meg Whitman, la CEO de HP, ne l’avait pas caché : Autonomy, éditeur d’applications de recherche d’entreprise et de gestion des connaissances acquis en octobre 2011, nécessite toute l’attention du groupe.

Une attention à plus de 10 milliards de dollars et encore une épine sous le pied du nouveau boss désigné par Leo Apotheker, qui décidément n’aura pas laissé que de bons souvenirs au cours de son court séjour à la tête du constructeur !

Une acquisition soumise à questionnement

Le rachat d’Autonomy avait interpellé plus d’un observateur. D’abord sur le prix qu’a mis HP dans l’opération qui a paru plus qu’élevé et surtout non justifié, même en situation de surenchère.

De plus, l’intégration des technologies de reconnaissance de forme centrées sur l’inférence bayésienne, développées à l’université de Cambridge par le Docteur Michael Lynch, cofondateur d’Autonomy et son CEO jusqu’en mai dernier, n’est pas aussi évidente que le discours a pu le laisser croire.

Mike Lynch a été poussé vers la porte au moment où HP annonçait son projet de dégraisser 27.000 postes. En cause la déception sur les ventes de licences et la longueur exagérée des négociations.

Meg Whitman n’a pas remis en cause les produits, ni le marché, ni même la concurrence, mais plutôt le challenge imposé par HP pour s’intégrer au groupe que les dirigeants de la société d’analytics n’aurait pas su relever. Elle se dit donc attentive au devenir d’Autonomy et de sa division Information Management.

Il vrai qu’avec le déclin annoncé des ventes de PC, la consumérisation des périphériques, le lancement raté des tablettes HP sous webOS, et la forte compétition sur les serveurs, l’avenir du constructeur n’est plus dans le matériel… mais dans le logiciel. Qui aujourd’hui génère autrement plus de marge. La business unit Information Management est d’ailleurs logiquement rattachée à la division HP Software, présidée par George Kadifa.

Entrée en scène de Robert Youngjohns

HP Robert YoungjohnsVoici donc que HP a nommé un nouveau vice-président à la tête de HP Information Management, Robert Youngjohns, avec pour mission d’accélérer l’intégration d’Autonomy.

Le bonhomme, qui rejoindra son poste le 17 septembre prochain, est certainement moins connu que les têtes qui ont valsé de géants des IT en géants des IT durant l’été, formant un feuilleton dont nous vous avons relaté les épisodes.

Il vient cependant de Microsoft où il a présidé la région Amérique du Nord. Dans son parcours, il a également fréquenté Callidus Software au poste de CEO, Sun Microsystems et IBM.

Transformer Autonomy selon la vision de HP

Pour l’aider dans cette mission, Meg Whitman a annoncé que HP a implémenté un tableau de bord global pour suivre les ventes, ainsi qu’une méthodologie de mesure des ventes afin de donner un coup de pouce à la satisfaction après vente des acheteurs. Une application commerciale certainement la bienvenue mais qui aura coûté plutôt cher au constructeur !

Reste pour Robert Youngjohns à transformer la technologie IDOL (Intelligent Data Operating Layer) d’Autonomie en machine à cache pour l’analyse des données non structurées dans un environnement HP Converged Cloud. Tout un programme. La pression sera forte sur le nouveau patron de la division HP Information Management, mais il aura été à bonne école chez Microsoft.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Incollable sur les grands noms du monde IT ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur