Nouveau rejet du domaine ?xxx’ par l’Icann

Régulations

L’organisme en charge du contrôle des noms de domaines a de nouveau cédé aux pressions des groupes conservateurs, des opposants à la pornographie et du gouvernement américain

L’Icann (

Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) vient une nouvelle fois de tourner sa veste? Depuis son premier avis en juin 2005, favorable à l’adoption d’un nom de domaine ?xxx’ réservé aux sites légers et pornographiques à destination des adultes, l’organisme n’a pas cessé de bloquer le projet. Le domaine devait être définitivement adopté en août dernier, mais l’Icann s’était vu opposer un blocage du gouvernement américain, qui avait demandé un délai afin d’étudier le dossier. Une confirmation, pour peu qu’il en faille une, de la main mise de l’administration américaine sur le nommage des domaines Web? Après six années de négociations de ICM Registry Inc., le porteur du projet ?xxx’, et des millions de dollars investis, l’Icann vient de rejeter définitivement son autorisation, par 9 voix contre 5. Les arguments de l’ICM n’ont pas été retenus. L’organisation représente pourtant une industrie de 12 milliards de dollars, mais qui reste particulièrement controversée, même si elle s’affiche ouvertement en ligne. Pour les partisans du domaine ?xxx’, son adoption aurait permis de disposer d’un moyen efficace de limiter les accès à des contenus pornographiques et de fixer des règles à une profession où seul le profit demeure. A l’opposé, les avocats anti porno argumentent que le domaine ?xxx’ permettrait d’accéder plus facilement aux contenus pornographiques, actuellement généralement identifiés sous le domaine générique et totalement libre ?com’. Les ligues bien pensantes et conservatrices s’inquiètent d’une légitimité offerte aux contenus réservés aux adultes. Et elles ont sans difficultés obtenu un accueil favorable de la part du Président Bush et de son entourage. Et ils ne sont pas les seuls à être opposés à un domaine ?xxx’. De nombreux acteurs du porto craignent quant à eux que ce domaine ne représente une voie royale pour le gouvernement américain et les régimes répressifs pour contrôler cette industrie et imposer des règles restrictives de filtrage des contenus, en opposition au premier amendement américain. Ces opposants de l’intérieur proposent au contraire d’adopter un domaine réservé? aux enfants. L’Icann quant à elle se défend d’être influencée. “Le conseil est certainement très conscient de la controverse? mais le c?ur de la décision d’aujourd’hui n’a pas été conduit par des considérations politiques“, a affirmé Paul Tworney, le président de l’Icann. Il n’est pas certain qu’il ait convaincu tout le monde de l’indépendance de l’Icann dans sa décision ! Le prochain domaine qui sera soumis, avant la fin de l’année, à la décision finale de l’Icann sera le ‘.tel’ destiné aux télécoms. Une adoption qui devrait se faire sans vagues?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur