Nouveaux SSD Adata : 512 Go et MLC synchrone pour le XPG SX900

ComposantsStockage
Adata SSD XPG 900

Adata adjoint à son arsenal une triade de SSD dont le fer de lance, dénommé XPG SX900, joue d’une alliance entre un contrôleur SandForce 2281 et une nouvelle version de son micrologiciel.

De cette triade de SSD qu’intronise d’une traite le fabricant Adata, le dénommé XPG SX900, 2,5 pouces au compteur, s’affiche comme le premier témoin de l’union entre un contrôleur SandForce 2281 et un micrologiciel mis à jour pour l’occasion.

Alors que le commun des disques flash cantonne sa capacité maximale à 480 Go, le modèle en question, à 64 Go dans sa version de base, repousse cette limite à 512 Go en haut de gamme. Contrepartie, l’espace réservé à l’over provisioning en est d’autant moindre, à environ 7 % de la taille totale. Pour autant, il s’y loge un véritable écosystème de gestion des données, destiné à agir tel un tampon régulateur des opérations d’entrée-sortie, avec un objectif : prolonger la durée de vie du dispositif.

L’alliance d’une interface SATA 3 à 6 Gb/s et de modules de mémoire NAND MLC synchrone accouche de débits de l’ordre de 550 Mo/s en lecture séquentielle, pour 530 Mo/s en écriture, avec 85 000 IOPS pour des fichiers de 4K. Ce scénario idéal implique toutefois des données non compressées au préalable et ne constitue qu’une éventualité qui touche à la théorie plus qu’à la pratique, les taux de transfert étant notamment amenés à chuter en cas d’opérations d’I/O aléatoires ou répétées.

Deux substituts pour petits bras

Copie quasi conforme de celui dont il est le pendant, à une exception près, le SP900 est pourtant annoncé comme bien moins onéreux. Cette générosité apparente tient à une subtilité : la mémoire flash MLC est ici asynchrone et donc moins prompte à exécuter certaines tâches. Petit Poucet adapté aux postes de travail ou à la migration en petit volume, le SP800, décliné en deux modèles de 32 et 64 Go, s’accommode d’une interface SATA 2 à 3 Gbit/s, bridée à quelque 44 000 IOPS, pour 280 Mo/s et 260 Mo/s, respectivement en lecture et en écriture.

Adata communiquera les tarifs de ces SSD ultérieurement. Il est toutefois probable que l’ensemble ne fasse qu’approcher le seuil de l’euro par gigaoctet, à l’image de la série Sandisk Extreme (690 euros TTC pour 480 Go).

Crédit photo : © Adata


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur