Numéros surtaxés de l’administration: l’Etat se réveille enfin!

Régulations

L’Etat se montre enfin concerné par les appels surtaxés vers les services
publics. Mieux vaut tard que jamais?

Le gouvernement, interrogé depuis quelques jours sur les numéros surtaxés des services publics s’est enfin décidé à sortir de sa réserve. Un communiqué publié par le cabinet du ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique informe de la volonté “d’harmoniser et de simplifier” les communications à destination du service public. Une formule bien sybilline pour reconnaître une taxation déguisée qui perdure! Les administrations Centre Impôts Service et Info Douane Service, sous la tutelle du ministère, devraient être les premiers à modifier leurs tarifs. En effets, à 0,12 euro par minutes, toute communication avec l’une des ces deux administrations, en comptant les temps d’attente que l’on sait, devient vite onéreuse. A raison de 1,3 million d’appels par an, on comprend que Bercy n’était pas pressé d’y mettre un terme… Selon le communiqué, Eric Woerth, le ministre en charge, ne compte pas limiter à son ministère et aux services qui en dépendent. Si aujourd’hui le Crous a réagi et modifié les tarifs pratiqués, bien d’autres services comme la CPAM (Caisse primaire d’Assurance Maladie), l’ANPE, l’ASSEDIC ou certains hôpitaux maintiennent des tarifs rémunérateurs. Les personnes les “plus fragiles“, évoquées par le ministre apprécieraient un retour à des tarifs locaux, donc non surtaxés. La bonne volonté du ministre semble éluder un point sensible: celui des communications passées à partir de téléphones mobiles, toujours très coûteuses et a fortiori vers les numéros surtaxés -mais là ce sont les opérateurs qui en profitent le plus… Pour rappel, aux Etats-Unis, les appels vers les services administratifs sont gratuits!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur