OPA : Microsoft pose un ultimatum à Yahoo

Cloud

Le portail a trois semaines pour répondre. Sinon…

Redmond se lasse d’attendre et passe à l’offensive. Microsoft a en effet lancé un ultimatum à Yahoo : ce dernier a désormais trois semaines pour répondre à son OPA hostile. Dans une lettre datée du 5 avril et adressée au conseil d’administration de Yahoo, Steve Ballmer estime qu‘”il est temps” de négocier les derniers termes de l’offre.

Si Yahoo persiste à jouer la montre, Microsoft mettra ses menaces à exécution, c’est-à-dire, solliciter directement les actionnaires de sa cible. “Si nous n’avons pas conclu un accord d’ici trois semaines, nous serons obligés de prendre contact directement avec les actionnaires, voire engager avec eux l’ouverture d’une procédure pour faire élire un autre conseil d’administration”, écrit Ballmer.

Rappelons que le 1er février dernier, Microsoft faisait trembler la planète IT en annonçant son intention de racheter Yahoo pour plus de 44 milliards de dollars (30 milliards d’euros) soit 31 dollars par action. L’objectif : permettre à Microsoft de rattraper son retard dans le search et la pub en ligne face à Google au moment où Yahoo montre des signes de faiblesse.

A ce jour, avec l’évolution du cours de l’action de Yahoo, l’offre n’est plus que de 42 milliards de dollars, représentant une prime de 62% sur le cours de l’action Yahoo au début de l’offre.

Yahoo refuse catégoriquement cette offre jugeant qu’elle sous-évalue fortement le groupe.

Quelques jours après l’annonce de l’OPA, Google réagit en faisant part de sa volonté d’aider Yahoo à contrer l’offre de Microsoft car celle-ci entraînerait une situation de monopole… Mais rien ne se passe concrètement.

Le 14 février, on apprend cette fois que des discussions ont lieu entre Yahoo et NewsCorp qui pourrait faire office de chevalier blanc. Dans la proposition faite, News Corp. apporterait du ‘cash’ mais échangerait ses actions à plus de 20%. Le montage valoriserait Yahoo à environ 50 milliards de dollars soit 5,4 milliards de plus que l’offre de Microsoft.

Mais encore une fois, cette alternative ne fait pas long feu, Rupper Murdoch indiquant qu’il n’a pas les épaules assez larges pour combattre Microsoft.

Enfin, en mars, le WSJ évoque des négociations avec Time Warner afin d’intégrer AOL dans Yahoo. Mais là encore, rien de concret.

En l’absence de solutions alternatives, la marge de manoeuvre de Yahoo semble aujourd’hui très limitée. Microsoft souligne d’ailleurs que des réunions de présentation tenues récemment par les dirigeants de Yahoo pour tenter de rallier les investisseurs institutionnels à leur cause, se sont révélées décevantes.

Sans contre-proposition, il y a également peu de chances que Microsoft relève son offre. “Pourquoi Microsoft ferait une offre contre elle-même ? La société ne voit pas de raison d’enchérir face à elle-même”, souligne une source travaillant pour la firme.

Bref, Microsoft n’a jamais été aussi proche d’atteindre son objectif…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur