P2P: la Grande-Bretagne part en chasse contre les pirates

Régulations

Le pays envisage de poursuivre les internautes téléchargeurs qui abusent

La guerre contre les utilisateurs de plates-formes de ‘peer-to-peer’ (Kazaa, eMule…) s’étend un peu plus. Après les séries de plaintes aux USA et au Canada, la Grande-Bretagne a décidé également de passer à l’attaque contre les “gros” téléchargeurs pirates.

Comme la RIAA américaine, l’industrie du disque britannique envisage de poursuivre les internautes téléchargeurs intensifs. Ainsi, lorsque les utilisateurs ouvrent par exemple Kazaa, ils reçoivent un avertissement, émanant de la BPI (British Phonographic Industry) qui mentionne que le processus pour des poursuites judiciaires est démarré. Selon la BPI, 92% des 8 millions d’utilisateurs de logiciels P2P auraient réduit de 32% leurs dépenses pour des achats d’albums de musique. Pour l’Industrie, ils sont donc les seuls responsables de la baisse du marché. Ce qui reste à prouver. Par ailleurs, pour mener à bien ces poursuites, le BPI aura besoin des adresses des internautes et devra donc passer par les fournisseurs d’accès à Internet du pays. Il y a fort à parier que ces FAI refusent de communiquer ces renseignements aux autorités. Déjà, aux Etats-Unis, un tribunal a donné raison à un fournisseur qui refusait de divulguer de tels renseignements. L’industrie du CD/DVD ne devra-t-elle pas favoriser l’usage des plates-formes légales plutôt que de poursuivre les internautes?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur