PalmSource creuse ses pertes

Cloud

L’éditeur de PalmOS connaît un nouveau repli de ses résultats. De quoi réjouir son nouveau propriétaire, le japonais Access

PalmSource continue à subir la chute du marché des PDA non communicants. Ces terminaux se vendent de moins en moins face aux smartphones et autres PDA communicants.

Autant d’éléments qui plombent les résultats de l’éditeur. Le groupe américain a réalisé un chiffre d’affaires de 15,8 millions de dollars au premier trimestre de son exercice 2006, clos le 2 septembre, en baisse de 13,2% en rythme annuel. L’entreprise a par ailleurs vu sa perte nette passer en un an de 0,2 à 2 millions de dollars, ou 1 à 12 cents par action. Bref, la situation est loin d’être idéale pour cet ancien acteur majeur qui est désormais la propriété du japonais Access. Racheté en début de mois pour 324 millions de dollars, PalmSource n’a pas vraiment eu le choix. Concrètement, l’entreprise paye le prix de ses tâtonnements. Face au déclin des PDA, l’éditeur a décié de se concentrer sur les smartphones et les PDA communicants, segments en plein essor. PalmSource avait annoncé en 2004 la version 6.1 de Cobalt, un système d’exploitation dédié à ces téléphones mobiles intelligents. Malgré de nombreux atouts, notamment dans la sécurité ou dans la messagerie avec l’intégration du service Blackberry, Cobalt 6 n’a convaincu quasiment aucun fabricant de mobiles. Sur le terrain des smartphones, c’est Symbian et Windows Mobile qui font la loi. Et les pertes de PalmSource s’accumulent. Dont acte. PalmSource préfère donc ne pas insister, malgré les investissements, et passe directement à la case Linux. Ce qui pourrait lui permettre de reprendre des parts de marché envolées. Ce passage à l’open-source n’est pas une nouveauté. Lors du dernier congrès 3GSM de Cannes, l’éditeur avait déjà préparé le terrain en disant tout le bien qu’il pensait du Pingouin et surtout en confirmant des acquisitions dans ce secteur. En décembre 2004, l’éditeur a annoncé le rachat de China MobilSoft Limited (CMS), acteur majeur des logiciels pour la téléphonie mobile en Chine développés sous Linux, en particulier avec sa filiale MobilSoft Technology. “C’est la prochaine étape de notre progression et un mouvement majeur pour l’industrie des téléphones mobiles” avait déclaré David Nagel, ancien CEO de PalmSource. “Nous projetons d’offrir la simplicité d’utilisation et la flexibilité de Palm OS à tous les téléphones mobiles“. Lors d’une téléconférence sur les résultats financiers du dernier trimestre, Patrick McVeigh, directeur général par intérim de l’éditeur, avait aussi été très clair. L’entreprise se concentrera désormais uniquement sur Linux. Mais le challenge s’est avéré difficile. Dépassé par Windows Mobile dans les PDA, PalmSource doit aussi combattre Microsoft dans les smartphones. Et la firme de Bill Gates avance vite! Quant à Symbian, consortium mené par Nokia, il continue la course en tête. Loin devant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur