PDA : Psion, choisi par la SNCF, refait parler de lui

Régulations

Créateur du PDA, le groupe britannique est aujourd’hui spécialisé dans les
terminaux professionnels. Et vient de remporter un important contrat avec la
SNCF

Star des années 80, Psion a longtemps été considéré comme le pionnier des PDA, ces assistants personnels, notamment avec son Organiser. Mais le groupe britannique se retrouve dans les années 90 très vite distancé par des concurrents très puissants comme Palm. Psion se fait alors discret et décide de changer de stratégie. En 2000, l’entreprise s’empare de Telkogix et confirme son orientation vers le marché professionnel et industriel, un marché moins concurrentiel où la rentabilité est plus importante. Aujourd’hui, Psion revendique 4 millions d’utilisateurs dans le monde.

A travers cette fusion et cette nouvelle stratégie, Psion quelque peu oublié, refait parler de lui. Le groupe a ainsi été sélectionné par la SNCF pour son important projet Accelio. Il s’agit d’équiper d’ici la mi-2007, 12.000 contrôleurs d’un système composé d’un PDA dédié et d’une imprimante portable. Budget: 24 millions d’euros.

L’objectif est de réunir au sein d’un même terminal à liaison sans fil, les fonctions contrôle de billet (lecture optique, RFID), l’émission de billet et d’amende et l’accès à une base de données type horaires et correspondances. Il s’agit pour la SNCF d’améliorer l’efficacité (lutte contre la fraude : 15% des PV rédigés à la main sont inexploitables) et les conditions de travail de ses agents.

Une belle victoire pour Psion, d’autant plus que le fabricant n’avait pas été choisi au départ. “Une première phase d’essai a été réalisée avec Fujitsu sur les lignes franciliennes. Mais le PDA fourni par le fabricant était peu efficace, peu adapté, peu autonome, l’OS était instable et le Wi-Fi trop limité pour les gros volumes. Ils n’ont pas réussi à s’adapter à nos demandes”, explique sans ambiguïtés Frédérric Commere, responsable du projet pour la SNCF.

Un nouvel appel d’offres est lancé, le cahier des charges est si rigoureux qu’il ne reste plus que trois fabricants à l’arrivée. Et c’est donc Psion qui remporte la mise.

Le fabricant adapte un de ses produits (le Workabout Pro) pour les demandes de la SNCF. “Nous avons surtout travaillé sur les batteries, la plus grosse difficulté pour ce type de solution. Nous avons également abandonné le Wi-Fi au profit du GPRS pour l’accès au SI”, explique le fabricant.

Concrètement, la solution se compose du terminal personnalisé SNCF et d’une imprimante Bluetooth Brother. Avant de monter à bord, le contrôleur uploade en gare les contenus qu’il a besoin comme les horaires et les correspondances. Pendant le trajet, son PDA est capable de vérifier tous les types de billets: pass Navigo, billet à code barre (imprimés chez soi), billet à bande magnétique… Le terminal est doté d’un lecteur optique et d’un lecteur RFID.

Evidemment, la solution se veut évolutive, notamment avec la possibilité de lire les nouveaux billets de la SNCF qui seront lancés à la mi-2007. Le GPRS sera égalzement utilisé à bord pour plus de réactivité.

S’il est difficile de faire un bilan, le projet est en phase de déploiement, les premiers retours sont très positifs, affirme la SNCF. “Les contrôleurs se sont appropriés le terminal pendant un mois puis ils ont suivi une formation d’une journée. Nous avons mis en place un suivi individualisé des agents. “, explique Frédéric Commere de la SNCF.

Offensive dans la reconnaissance vocale Psion commence également à se faire un nom dans le domaine des PDA industriels à reconnaissance vocale, destinés principalement aux métiers logistiques.Grâce à un partenariat avec Vocollect (le leader de cette technologie), le fabricant a mis un point le Wokabout Speech (composé d’un PDA durci doté de lecteurs optiques et RFID, d’un casque-micro et dusystème de Vocollect) utilisé notamment par Carrefour ou Système U.Il s’agit de permettre aux préparateurs de commandes en entrepôt de travailler les mains libres, les ordres et la validation des ordres se faisant vocalement. Les bénéfices sont multiples: un gain de productivité estimé à 10% et la quasi-suppression des erreurs.Psion souligne que les salariés n’ont besoin qu’une heure de formation pour ce type de solutions, un atout important car les intérimaires sont nombreux dans cette profession. Au départ, chaque salarié doit créer son profil en enregistrant oralement des mots clés.Encore confidentielle, cette technologie est utilisée par 100.000 personnes dans le monde. “Ce marché est stratégique pour la distribution, l’industrie auto ou encore les prestataires logistiques, nous pensons que le nombre d’utilisateurs aura doublé en 2009”, affirme le groupe.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur