Prix des SMS: l’UFC persiste et signe

Régulations

L’association de défense de consommateurs rejette les arguments des opérateurs estimant que l’analyse de l’UFC est incomplète

Le torchon brûle une fois de plus entre les opérateurs de téléphonie mobile et l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir? Au centre de la polémique, le prix des SMS jugé

“abusif” par l’association. L’UFC estime en effet qu’un SMC coûte aux opérateurs 0,02 euro alors qu’il est facturé en moyenne 0,15 euro. Soit une marge exorbitante de 82%. Les opérateurs n’ont pas tardé à réagir (voir notre information) dénonçant une étude incomplète qui ne prend pas en compte certains frais techniques et les forfaits incluant les fameux SMS. En conclusion, les opérateurs (excepté Bouygues Telecom qui estime que le prix de 0,15 euro est “adapté”) réfutent en bloc l’analyse de l’UFC. Aujourd’hui, l’association contre-attaque. Elle souligne que “cette étude ne saurait être remise en cause par une campagne publicitaire de désinformation, quelle qu’en soit l’ampleur”. En effet, SFR vient de publier dans la presse nationale une publicité soulignant que ses SMS sont vendus entre 0,08 et 0,10 euro et que 55% des SMS envoyés par ses clients sont facturés mois de 15 centimes d’euro grâce à ses forfaits (et les autres?). Et d’affirmer: “Il y a bien longtemps que certaines choses ne s’achètent plus à l’unité”. Des éléments “irréfutables” L’UFC-Que Choisir confirme bien que le revenu moyen par SMS en 2002 est de 10,9 centimes d’euros HT, soit 12,65 centimes d’euros TTC. “Ce revenu moyen prend naturellement en compte toutes les offres promotionnelles, les “packages” de 30, 60, 120 SMS et les très nombreux messages payés à l’unité à 15 centimes d’euros. Ce revenu par message est donc celui réellement constaté en 2002 et cela est irréfutable”, poursuit l’association. Et de conclure: “Le coût unitaire de 0,02 euros est parfaitement juste. Il comprend tous les coûts techniques mais aussi tous les coûts non techniques (frais de facturation, frais de promotion, de marketing, etc.)”. “Nous confirmons donc que sur 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires SMS en 2003, les opérateurs vont réaliser 800 millions d’euros de marge”. L’association est tellement sûre de son analyse qu’elle met “au défi les opérateurs mobiles de prouver ce qu’ils affirment quant au coût unitaire d’un SMS et précise que tous les arguments avancés par les opérateurs ont été pris en compte”. L’UFC a décidé de saisir le Conseil de la Concurrence pour abus de position dominante conjointe contre Bouygues Télécom, Orange et SFR, de lancer une pétition nationale sur son site Internet et de mobiliser ses partenaires européens. Elle indique que 8.600 consommateurs ont déjà signé cette pétition.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur