Remaniement: NKM redevient écolo et l’Indusrie avale l’économie numérique

Cloud

Passé de mode? Exit le secrétariat d’Etat à l’Economie numérique, engloutie à l’Industrie chez Eric Besson. NKM remplace Jean-Louis Borloo à l’Ecologie

‘L’Economie numérique’ n’a plus droit à un secrétariat d’Etat. Effet de mode passé? Moins prioritaire dans la future campagne électorale de 2012?  Il a bien fallu arbitrer, car le nombre de ministères et de secrétariats d’Etat était effectivement annoncé à la baisse pour le nouveau gouvernement dit “Fillon 3”.
Nathalie Kosciusko-Morizet avait eu le privilège de chaperonner, auprès de Jean-Louis Borloo en charge de l’Écologie, un secrétariat d’Etat à l’Economie numérique taillé sur mesure (où elle prenait parfois parti : cf. article ‘NKM sur le dos des majors‘). Tandis que la jeune polytechnicienne et maire de Longjumeau (91) succède à ce dernier à l’Ecologie (Développement durable et Ecologie), c’est Eric Besson qui reprend l’Economie numérique au sein d’un ministère élargi ; ce denier est nommé  “ministre délégué chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique”, un ministère qui n’en est pas tout à fait un puisque, “délégué“, il reste attaché à Bercy, donc au ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet

NKM avait pris le relais entre janvier 2009 et novembre 2010 avec la création d’un secrétariat d’Etat chargé de la Prospective et du Développement de l’Economie numérique.

Comme le rappelle ITespresso.fr , Eric Besson n’est pas totalement novice sur le sujet. Entre mars 2008 et janvier 2009, il était secrétaire d’État chargé de la Prospective, de l’Évaluation des politiques publiques et du Développement de l’Economie numérique, auprès du Premier ministre (déjà François Fillon, à l’époque).  Il avait notamment contribué à la mise en œuvre d’un plan de développement baptisé “France Numérique 2012“.

Ainsi, dans cette nouvelle configuration Fillon 3, Eric Besson, ministre délégué, devra tenter de ménager un espace à l’Economie numérique, face l’Industrie et à l’Energie.

Déjà des voix se sont fait entendre, comme celle de l’Association des Services Internet Communautaires (ASIC) autour d’un communiqué de presse sur la ‘taxe Google‘ le 9 novembre dernier.  Avec cette disparition du Secrétariat d’Etat à l’Economie Numérique susceptible, ce serait “rayer de la carte le seul relais politique de la politique Internet”. Trop tard, le couperet est tombé.  Mais sans grande surprise car dès fin 2009, l’hypothèse d’une disparition du secrétariat d’Etat” de NKM était évoquée.
Et on savait que depuis une huitaine de jours, des conseillers IT auprès de NKM, comme Pierre Bonis et Fabrice Mattatia,  avaient déjà changé leur fusil d’épaule.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur