SCO écrit au Congrès US contre Linux

Régulations

Les 535 membres du congrès ont reçu une lettre de SCO intitulée “Linux et les logiciels Open Source, une menace pour la sécurité et l’économie des US”

SCO, propriétaire de droits afférents à Unix, est passé à une étape supérieure dans sa lutte contre Linux. Dans une lettre du 8 janvier adressée aux 535 membres du congrès américain, et signé de la main du patron, Darl McBride, l’éditeur tente de rallier les politiques à sa cause.

Par son action de lobbying, SCO entend mettre en garde les politiques contre “les risques d’infractions au regard de Linux“. Darl McBride explique: “C’est seulement une question de temps avant que d’autres dans notre pays mettent sur la table la législation de l’open source” -à l’image de ce qui se prépare dans d’autre pays. Mais la démonstration prend parfois des tournures de paranoïa: “Un expert informatique de Corée du Nord qui dispose de plusieurs ordinateurs et d’une connexion Internet peut télécharger la dernière version de Linux, la compléter avec les fonctionnalités multiprocesseurs dérobées à Unix, et au final disposer d’un ‘supercomputer’ virtuel“. SCO piloté par Microsoft ? La lettre a été révélée par l’OSAIA, (Open Source and Industry Alliance), un lobby concurrent qui bien évidemment milite pour Linux. Son président, Ed Black, lance une accusation forte. Selon lui, en effet, “de plus en plus de gens croient que nos amis de Redmond se cachent derrière SCO afin d’alimenter la peur, l’incertitude et le doute sur Linux“. Par ‘amis de Redmond’, c’est, bien entendu, Microsoft qui est visé. L’éditeur de Windows déclarait voici quelques mois que Linux était “anti américain” et même “un cancer“. Et certains rappellent que la firme de Bill Gates possède encore ‘quelques’ actions chez SCO. De là à imaginer que l’éditeur tire les ficelles? il n’y a qu’un pas, franchi d’autant plus facilement que Microsoft le reconnaît: des contacts avec SCO ont bien eu lieu pour évoquer Linux. Nouvel argumentaire “pro-Windows” Microsoft avait commencé par l’affrontement direct et l’annonce de sa détermination à casser les prix en cas de concurrence -une stratégie qui, pour le moment, ne semble pas être particulièrement efficace face à la montée de Linux. La nouvelle tactique, plus subtile et technique, tente de convaincre -preuves et études à l’appui- que Windows est plus fiable et moins cher à maintenir. Ces affirmations de SCO ont bien fait rire Linus Thorvalds, le créateur de Linux. Il a tenu à rappeler que ce n’est pas le système d’exploitation qui fait le bombe atomique : “Vous ne pourrez rien faire de plus avec un ‘supercomputer’ si vous n’avez pas le bon logiciel qui tourne avec“. SCO attaque Novell en justice

Nouvelle stratégie pour Novell : après avoir affirmé qu’en tant que précédent propriétaire des droits d’Unix, un accord avec SCO le mettait à l’abri des poursuites, Novell a renchéri dans le conflit. L’éditeur de Netware a affirmé qu’il disposait de ses propres copyrights sur le code source d’Unix System V.

Au moment où Novell finalise le rachat de SuSE, qui est l’éditeur de la distribution d’origine allemande de Linux concurrente de Red Hat, SCO ne pouvait rester indifférent à cette revendication: il a déposé plainte contre Novell.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur