SCO s’attaque aux clients Linux

Régulations

SCO franchit un nouveau pas dans sa lutte pour s’approprier les droits de Linux : il s’attaque maintenant aux utilisateurs avec Daimler Chrysler et AutoZone

Première attaque de SCO sur un utilisateur de Linux Après avoir attaqué IBM sur la présence de codes Unix protégés placés par la firme dans le code de Linux, menacé les distributions Linux Red Hat et SuSE, averti plus de 1.500 entreprises utilisant Linux des risques de poursuites et fait parvenir un courrier aux élus du Capitol, SCO franchit un nouveau pas. Il l’avait annoncé depuis quelques mois, c’est aujourd’hui effectif : SCO a déposé une première plainte contre un utilisateur de Linux, le constructeur automobile Daimler Chrysler, devant la cour fédérale d’Oakland County, dans le Michigan. SCO poursuit le fabricant pour violation de sa licence d’agrément sur les logiciels, comme en attesterait le refus par Daimler Chrysler de fournir les ‘certificats de conformité‘ lors d’un audit commandé par l’éditeur. Après Daimler Chrysler? AutoZone A peine quelques heures après Daimler Chrysler, SCO a annoncé une nouvelle procédure, contre le distributeur AutoZone, pour violation des copyrights de SCO sur Unix par l’utilisation de Linux. Selon le texte de la plainte, AutoZone “utilise des versions du système d’exploitation Linux qui contiennent du code, la structure, des séquences et/ou organisations extraites de la propriété du code Unix System V en violation des copyrights de SCO“. Ici cependant l’affaire prend une autre tournure ! En effet, AutoZone est un client historique d’IBM, qui a fourni les applications de bases de données DB2 et de gestion de contenu. Mais aussi un ancien client de SCO, qui jusqu’en 2002 équipait de SCO Unix environ 500 points de vente répartis aux Etats-Unis. La résistance s’organise L’Open Source Development Labs a immédiatement réagi en proposant son aide à AutoZone. Cette organisation sans but lucratif se présente comme une alternative à la menace de SCO sur l’écosystème Linux. L’OSDL regroupe 35 membres acteurs de Linux qui se sont engagés à accompagner les utilisateurs menacés par SCO, et qui ont versé un premier fonds de 3 millions de dollars et se sont engagés sur 10 millions supplémentaires. L’OSDL risque cependant d’être fortement sollicité dans les mois à venir, Darl McBride, le président de SCO, se fait de plus en plus menaçant : “Daimler Chrysler est une des milliers d’entreprises qui exploitent du code source ou sous référence de l’agrément d’une licence SCO“. Loin d’être avare d’images fortes, Darl McBride dans un de ses raccourcis favoris a relevé des ‘similarités’ avec les démarches de l’industrie américaine du disque contre les pirates qui téléchargent illégalement de la musique sur Internet. “Nous pensons que les actions légales que nous entreprenons et que nous allons continuer de prendre auront un impact similaire sur les utilisateurs de Unix et de Linux“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur