Siemens présente sa 4G. Pour quel marché ?

Régulations

Alors que le succès de l’UMTS n’est pas encore confirmé et que le HSDPA
pointe le bout de son nez, Siemens croît déjà à la 4G

Le succès du haut débit mobile va-t-il se baser uniquement sur la capacité des opérateurs à offrir toujours plus de débit ? On peut le croire. Car les équipementiers télécoms présentent déjà leurs technologies 4G, la quatrième génération du mobile.

Il s’agit d’une question stratégique. Les constructeurs et opérateurs ont investi des milliards d’euros dans les technologies de téléphonie de troisième génération, misant sur la vidéo, les photos, l’accès Internet, et des services qualifiés de haut débit.

Malgré un décollage en Europe notamment, le résultat est encore loin d’avoir répondu à leurs attentes. En clair, le retour sur investissement se fait attendre. En France par exemple, on compte environ 2 millions d’abonnés pour chacun des deux opérateurs (Orange et SFR) qui ont tenté l’aventure. Selon Gfk, 10% des ventes de mobiles concernent la 3G…

Afin de doper ce marché, les acteurs du secteur misent d’abord sur une évolution de la 3G, le HSDPA, dont le lancement est proche. Cette technologie permet de tripler les débits de la 3G et de dépasser le megabit par seconde.

Mais visiblement, cela ne suffit pas. Malgré l’absence d’une réelle demande pour du très haut débit mobile, les géants des télécoms multiplient les annonces autour de la 4G qui promet des vitesses supérieures à 100 Mb/s. Quels usages pour de tels débit ? Mystère.

Samsung, Sprint Nextel, Motorola et Intel ont annoncé récemment la construction d’un réseau 4G exploitant la technologie WiMax dans les deux prochaines années.

De son côté, l’allemand Siemens vient de présenter NGMN (Next Generation Mobile Network). Là encore, on nous promet 100 Mb/s de débit. Les premières fonctionnalités de vcette technologie ont été dévoilées lors du Forum Siemens de Munich.

Le groupe explique que NGMN exploite au maximum les capacités de transmissions des fréquences UMTS actuelles. Comme pour le HSDPA, NGMN s’appuiera sur les infrastructures existantes, “ce qui permettra aux opérateurs de combiner la rapidité et l’économie dans l’introduction des nouvelles offres” , explique Siemens.

Le conglomérat estime que la 4G sera commercialisée en 2010. Ce qui paraît optimiste comte tenu de la demande actuelle pour les services haut débit mobile.

En attendant, l’ITU (International Telecommunication Union), devra se prononcer prochainement sur les normes de cette fameuse 4G.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur