Steve Case veut racheter AOL

Régulations

Time Warner pensait ne plus voir Steve Case que dans son rétroviseur, mais le voici qui revient sur le devant de la scène et se propose de racheter AOL

On se souvient de Steve Case, ancien patron et fondateur d’America OnLine, artisan du rapprochement entre AOL et Time Warner. Une figure de l’époque épique de l’Internet triomphant, évincé depuis lors, loin de la direction du groupe après l’implosion de la bulle spéculative, puis l’affaire des comptes surévalués d’AOL en vue de la fusion, et la dégringolade de la branche Internet du groupe.

Et voici Steve Case qui reprend du service et se lance à la recherche de 10 milliards de dollars afin de racheter le géant des fournisseurs d’accès à Internet à Time Warner. Ce n’est pas la première fois que Steve Case fait reparler de lui. Déjà en 2003 n’a-t-il proposé à Time Warner, au moment même où le groupe abandonnait la dénomination AOL, de racheter la filiale internet? Trop tôt, pas assez cher, et sans doute souffrant de l’image qu’il a laissé dans le groupe, son offre avait été éconduite. Mais depuis, Time Warner a clairement laissé entendre qu’il pourrait changer d’orientation pour sa filiale Internet si cette dernière se maintenait dans son incapacité à se redresser. Un moment que Steve Case juge sans doute opportun pour renouveler son offre ! Mais Time Warner veut-il véritablement céder sa filiale ? Car même si elle semble se maintenir sur la pente descendante, AOL reste un moteur du secteur, et pourrait redevenir une machine à cash si le marché publicitaire confirme sa reprise. Alors, que Steve Case soit candidat à la reprise du groupe qu’il a créé, pourquoi pas, mais la direction de Time Warner ne souhaite sûrement pas “renouveler l’erreur du rachat en commettant une erreur sur la vente” selon les analystes de Merrill Lynch. Donc pourquoi pas, mais sûrement pas à ce prix là.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur