Télégrammes : Qualcomm veut bloquer l’iPhone en Chine, tête retrouvée pour Le CNNum, Red Hat et Alibaba dans le Cloud

CloudGouvernanceIAASJuridiqueMobilitéPAASRégulationsSmartphones

Vibrerez-vous à la lecture des télégrammes du soir comme les ondes gravitationnelles de la galaxie NGC 4993 ont fait vibrer la Terre ?

Qualcomm attaque l’iPhone en Chine. Les tensions entre Qualcomm et Apple ne s’arrangent guère. Après les Etats-Unis et l’Allemagne, le fondeur des Snapdragon veut désormais interdire la commercialisation, et surtout la fabrication, des iPhone en Chine, rapporte l’agence Bloomberg. Qualcomm accuse la firme de Cupertino de violer ses brevets quand cette dernière rétorque que l’entreprise de San Diego abuse de sa position dominante. Si le tribunal de Pekin considère la plainte de Qualcomm recevable, la menace pourrait s’avérer catastrophique pour Apple à l’heure de la commercialisation de l’iPhone 8 et, à partir du 2 novembre, de l’iPhone X.

Marie Ekeland à la tête du CNNum. Le Conseil National du Numérique (CNNum) va retrouver sa tête. Après la démission de son ancien président, Mounir Mahjoubi, qui avait rejoint les rangs d’En Marche en janvier dernier et nommé secrétaire d’Etat chargé du Numérique après l’élection de Macron, la direction du Conseil avait été laissé entre les mains de trois vice-présidents : Sophie Pène, professeur à l’Université Paris Descartes, Guy Mamou-Mani, co-président du Groupe Open, et Amal Taleb, directrice adjointe des affaires publiques chez SAP. Mais rien n’a fonctionné comme prévu. Les trois co-dirigeants ont successivement remis leurs démissions entre juillet et ce 4 octobre pour les derniers. Dans les colonnes du Monde, Mounir Mahjoubi vient d’annoncer avoir trouvé une solution avec la nomination prochaine de Marie Ekeland. Elle est à l’origine de la création de France Digitale, organe de promotion des entreprises numériques françaises, et est associé au fonds d’investissement Daphni. On attend la nomination officielle et la feuille de route stratégique pour le CNNum.

Red Hat et Alibaba s’allient dans le Cloud. Red Hat vient de certifier Alibaba Cloud, la branche de Cloud computing du groupe chinois, comme fournisseur de services Cloud délivrés à partir des technologie Open Source de l’Américain. Cette certification (Certified Cloud and Service Provider permettra, « dans les prochains mois » aux clients d’Alibaba de bénéficier des offres Cloud de Red Hat, à commencer par la Red Hat Enterprise Linux (RHEL) en facturation à l’utilisation sur la place de marché Alibaba Cloud Marketplace. Mais aussi d’OpenShift, OpenStack, JBoss Middleware et Gluster Storage. De plus, les clients Red Hat pourront basculer, via Cloud Access, les abonnements éligibles non utilisés de leur datacenter vers Alibaba Cloud. Un moyen rapide d’adresser le marché chinois, notamment. Alibaba, qui fait parti du top 5 mondial des fournisseurs de IaaS (Infrastructure as a service), rejoindra ainsi d’autres partenaires de Red Hat dont Devoteam, Linkbynet ou OVH, souligne ChannelBiz.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur