TeliaSonera se renforce en Turquie

Turkcell, numéro un dans son pays et qui compte quelque 23 millions d’abonnés, est en train de se faire dévorer petit à petit par l’opérateur scandinave TeliaSonera qui semble vouloir prendre son contrôle. Pour 3,1 milliards de dollars, Telia monte donc à 64,3% dans Turkcell.

Pour le moment, les deux parties doivent encore recevoir l’accord des autorités de la concurrence. Mais d’ores et déjà, TeliaSonera sait qu’il n’aura pas à lancer d’offre sur les minoritaires. L’offre scandinave inclut une prime de 15% par rapport à l’ultime cours constaté de Turkcell. Ce dernier est ainsi valorisé à hauteur de 11,5 milliards d’euros. Turkcell fait travailler environ 5.000 employés et c’est historiquement la première société turque à avoir été cotée à la Bourse de New York. Mais pourquoi diable TeliaSonera se prend-t-il à rêver d’expansion ? Le groupe Scandinave cherche de nouveaux vecteurs de croissance, de nouveaux relais, et le marché turc semble répondre parfaitement à ce désir d’expansion internationale. Implanté en Scandinavie, le groupe est confronté à la saturation de ses marchés historiques. L’on se souvient, en décembre TeliaSonera avait porté sa part à plus de 50% dans l’opérateur estonien Eesti Telekom. Preuve supplémentaire de l’ardent désir du groupe à s’affirmer sur le marché mondial des télécommunications. A propos de Teliasonera

TeliaSonera est né en 2002 du rachat du Finlandais Sonera et du Suédois Telia. Les deux principaux actionnaires de l’opérateur sont les gouvernements suédois (45% des parts) et finlandais (19%). Depuis, le groupe a notamment tenté de se renforcer au Danemark en reprenant la filiale de France Télécom, mais il n’a pas rencontré le succès escompté sur un marché très concurrentiel.